Le ministère de la Santé a enregistré 110.000 cas de morsures d’animaux, notamment de chiens, ayant entraîné onze (11) décès par rage en 2021, a indiqué l’épidémiologiste et spécialiste en médecine préventive au ministère, Dr Ali Trad.

Dans une déclaration à l’APS, à la veille de la Journée mondiale contre la rage (28 septembre), le responsable a précisé que le ministère avait enregistré, l’année dernière, 110.000 cas de morsures d’animaux, notamment de chiens (90%) et de chats, qui ont entraîné onze (11) décès par rage, majoritairement des enfants.

La rage est une maladie contagieuse mortelle causée par un virus qui s’attaque au système nerveux des humains et des mammifères. Ce virus se transmet généralement par la salive d’un animal domestique ou sauvage infecté lors d’une morsure ou par une griffure.

Avant l’apparition des symptômes, la personne infectée par le virus de la rage peut être sauvée, mais l’issue est toujours fatale une fois les signes déclarés, d’où l’importance d’agir rapidement.

A cette occasion, le spécialiste a fait état de l’élaboration, par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, d’une nouvelle loi portant organisation et codification de la détention et de l’élevage de chiens, qui renforcera, selon lui, le Programme national sectoriel de lutte contre la rage, auquel sont associés les ministères de l’Agriculture et de la Santé, la société civile et les médias.

Pour prévenir la rage, l’épidémiologiste a mis l’accent sur la sensibilisation des enfants, notamment dans les écoles, à travers des cours dédiés à cette maladie mortelle expliquant les risques encourus et la conduite à tenir en cas de morsure.

Les parents doivent, de leur côté, apprendre à leurs enfants à signaler immédiatement toute morsure ou griffure d’animal pour qu’ils puissent rapidement se faire vacciner dans le centre médical le plus proche et éviter ainsi la mort, a-t-il souligné.

Dr Trad a également insisté sur l’importance de la préservation de l’environnement et le respect des horaires de sortie des ordures ménagères pour éviter qu’elles ne s’ammoncèllent dans les quartiers d’habitation et n’y attirent des animaux errants, principaux réservoirs et vecteurs du virus de la rage.

Il a enfin recommandé aux propriétaires d’animaux de compagnie, notamment de chiens et de chats, de les faire vacciner pour les protéger et protéger leur entourage, d’autant que le vaccin est disponible en Algérie, a-t-il dit.