A propos de la raffinerie d’Augusta en Italie, le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumene Ould Kaddour, a affirmé que Sonatrach est en train d’«apprendre à gérer cette installation géante pour dégager des bénéfices et produire dans un à deux ans. On aura un bilan ou une évaluation de sa capacité à dégager des revenus supplémentaires pour l’Algérie». Il a ajouté que Sonatrach est en train de renégocier les contrats avec Aramco qui enlève 12% à 20% de la production de la raffinerie d’Augusta. Aramco était le client d’Exxon Mobil, l’ancien propriétaire de l’installation. Avec l’acquisition de la raffinerie d’Augusta, Sonatrach reprend le portefeuille des clients d’Exxon Mobil, d’où les discussions avec Aramco, sans doute sur les prix. Quant à l’exploration off shore, Total et Eni sont en train de réaliser des études sismiques dont les premières conclusions mettent en évidence un potentiel d’hydrocarbures intéressant. Il a ajouté que  les premiers forages off shore par ces compagnies en partenariat avec Sonatrach interviendront fin 2019.K. R.