Coach de Chelsea de 1993 à 1996 au sein de l’équipe U18 puis nommé adjoint entre 1996 et 2000, Graham Rix est au cœur d’une sombre affaire de racisme (il a aussi été en prison en 1999 pour des relations sexuelles avec une fille mineure). Même son de cloche pour Gwyn Williams qui a travaillé pour les Blues entre 1979 et 2006 et qui a également eu des comportements homophobes et s’apparentant à du harcèlement sexuel. Ces deux individus représentent une culture très raciste qui a sévi au sein du club londonien dans les années 1990. Des actes terribles que The Athletic avait rendus public l’été dernier. Gwyn Williams est accusé d’avoir utilisé des mots offensants envers les joueurs noirs pour les appeler. Il aurait d’ailleurs dit à un des jeunes joueurs de Chelsea à cette époque : « relève ta lèvre, ça traîne par terre.» Un comportement intolérable auquel s’ajoutent des coups de poings, des coups de pieds et des cafés chauds renversés volontairement sur de jeunes éléments du club. Pour Rix les accusations sont du même acabit et il aurait considéré ces joueurs comme des marginaux « de la race des chiens ». Une trentaine d’années après les faits, Chelsea niait toujours sa responsabilité tout en reconnaissant la culture raciste qui était présente au club dans les années 1990. Les quatre anciens joueurs qui sont allés jusqu’aux tribunaux ont finalement reçu des dédommagements importants de la part de Chelsea et le procès qui aurait dû durer 25 jours a été conclu à l’amiable ce lundi comme l’explique le Mirror.