Encore deux dernières places en jeu pour figurer dans le carré d’as. Ce soir à 20h00, l’Afrique du Nord sera à l’honneur avec un derby entre l’Egypte et le Maroc à Port-Gentil ô combien prometteur. L’historique donne les Marocains, ayant remporté 12 matchs des 25 qui ont mis aux prises les deux sélections, vainqueurs dans ce duel. Les Egyptiens ne sont parvenus à s’imposer qu’à deux reprises. Pour trouver la trace d’un dernier succès des «Pharaons» face aux «Lions de l’Atlas», il faudra revenir 30 années en arrière. Ce soir est un autre match dans un contexte différent. Dans un quart de finale et un match couperet, tout peut arriver… Très mal en point lors des dernières éditions de la Coupe d’Afrique des nations, les deux prétendants du soir ont pu retrouver un peu de couleurs lors de cette séquence gabonaise. Notamment pour le team du Royaume Chérifien qui n’a plus rallié le second tour depuis l’opus 2004 en Tunisie où il avait disputé et perdu la finale contre la nation hôte. Disqualifiée de la dernière messe pour avoir refusé de l’abriter et obligé la Confédération Africaine de football à trouver un suppléant d’urgence (Guinée-Equatoriale), le Maroc retrouve les devants de la scène. La présence d’Hervé Renard à la tête de la barre technique n’est pas anodine dans ce parcours. Le technicien français a fait valoir son expérience et ses acquis africains (deux sacres avec la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015) pour briser la malédiction et emmener ses poulains jusqu’à cette phase d’élimination directe. Maintenant, chez les voisins, on se met à rêver de consécration qui serait la seconde après celle de 1976. Quarante ans d’attente que les camarades de Mehdi Benatia veulent rompre. Pour cela, il faudra se défaire d’un sérieux client. Un prédateur de titres continentaux, à savoir l’Egypte. Un palmarès gargantuesque avec 7 couronnements en 8 finales disputées et 14 figurations dans le carré d’as lors des 22 dernières participations. Mohamed Salah & cie ont un lourd héritage à porter, une réputation à défendre et -surtout- une notoriété à reconquérir. Depuis le retentissant et historique triplé africain (2006, 2008 et 2010), les septuple champions d’Afrique ont perdu de leur hégémonie avec 3 éditions manquées. Pour les retrouvailles avec la prestigieuse épreuve, ils ont pu confirmer les attentes et s’extirper de la phase de groupe en terminant à la 1ère place devant le Ghana, candidat au sacre qui avait déjà assuré son ticket pour le «Top 8», que la troupe à Hector Cuper avait dominé mercredi dernier (1/0) Cette fois, le match ne comptera pas pour du beurre pour l’adversaire. «Le quart de finale avec le Maroc ne sera pas une partie de plaisir mais je rassure tous nos supporters nous nous battrons jusqu’au bout», prévient le driver de l’Egypte. Normal sachant que la dernière opposition dans cette compétition (CAN 2006), s’était soldée par un match nul et vierge. A l’époque, les Marocains ne pétaient pas la forme mais ils avaient réussi à tenir tête à l’équipe qui a triomphé au bout. L’ascendant psychologique est clairement en faveur des voisins sauf que le football n’obéit à aucune logique.
M. T.