Par Milina Kouaci
Le ministre de l’Education nationale Abdelhakim Belabed a installé, hier, la Commission nationale des œuvres sociales sur laquelle il mise pour la vaccination du personnel et des fonctionnaires du secteur.
Dans l’espoir de contenir le rebond épidémique et de lancer l’année scolaire dans les délais fixés, le ministère de l’Education nationale a précipité l’installation de la Commission nationale des œuvres sociales à l’effet d’accélérer la cadence de la vaccination des fonctionnaires du secteur avant le lancement de la prochaine année scolaire dans un mois.
«Nous aurions pu reporter l’installation officielle de ladite commission à septembre en vue de parachever quelques procédures, mais nous ne pouvions attendre en raison de la situation sanitaire et épidémique», a dit le ministre, en indiquant que l’Etat a consenti d’énormes efforts pour lutter contre l’épidémie et que tous les citoyens sont appelés à travailler dans ce sens.
De par les moyens et expériences qu’elle a acquis au fil des années, l’implication de la Commission des œuvres sociales dans la vaccination aura un «effet positif» sur cette opération, ajoute le premier responsable du secteur. En temps normal, sa priorité est la prise en charge médicale des travailleurs, notamment ceux souffrant de maladies chroniques, accidents de travail…, mais la conjoncture sanitaire lui impose de nous prêter main forte afin de vacciner le personnel du secteur.
«La vaccination est une extrême priorité», estime M. Belabed, qui a insisté à ce propos sur la nécessité d’exploiter les centres de médecine du travail répartis dans 41 wilayas pour une rentrée scolaire sécurisée à la date fixée. Il a révélé, également, qu’il collabore avec le ministère de la Santé pour l’exploitation des unités de dépistage et de suivi pour toucher le plus grand nombre de fonctionnaires, la vaccination étant un facteur essentiel pour une rentrée scolaire sécurisée à la date fixée».
Dans un contexte où les contaminations grimpent sous l’effet du variant Delta, le ministre a qualifié la vaccination contre le coronavirus de «devoir national, sanitaire et une obligation envers autrui» afin de casser la chaîne de transmission.
Sur un autre volet, près de quatre mois après la clôture du processus électoral, le ministère de l’Education nationale a procédé, hier, à l’installation officielle de la commission nationale des œuvres sociales des travailleurs de l’éducation nationale. Le ministre de tutelle a tenu à saluer le partenaire social qui a contribué à «l’encadrement, la mobilisation et la médiatisation de cette opération qui s’est déroulée dans de bonnes conditions et sans dysfonctionnements». Cette commission, rappelle le premier responsable du secteur, est soumise au contrôle de l’Inspection générale du ministère de l’Education, de la Cour des comptes, ainsi que l’Inspection générale des finances. «Les syndicats du secteur ont également un droit de regard sur les activités au niveau wilayal et national de la commission qui présente annuellement un bilan financier et moral de ses activités, ajoute Abdelhakim Belabed.
D’autre part, le premier responsable du secteur a souligné que les travailleurs doivent tous bénéficier des fonds des œuvres sociales et ne pas se limiter à quelques catégories. Il a par ailleurs fait savoir que «davantage d’instructions» seront données afin de rationaliser les dépenses de l’argent public et de ne pas le gaspiller. «La tutelle va donner des instructions, pour préserver l’argent public», insiste M. Belabed. n