L’Algérie sera officiellement présente à la 13e session du Comité intergouvernemental de la Convention de 2005 de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, qui se réunira à Paris au siège de l’Unesco dès aujourd’hui et jusqu’au 14 février  prochain. C’est la première fois depuis 2015, date de sa ratification de cette Convention, que l’Algérie, représentée par le ministère de la Culture, prendra part aux travaux du Comité intergouvernemental de la Convention 2005. L’Algérie participera à la Session d’information sur le projet « Re/Penser les politiques culturelles » et la plateforme en ligne du suivi des politiques, dont l’objectif est d’analyser les tendances actuelles, les progrès dans la mise en œuvre de la Convention et l’identification des pratiques les plus innovantes dans le monde en matière de politiques culturelles.
Salim Dada, point focal de l’Unesco et représentant de l’Algérie à la Convention 2005, actuellement secrétaire d’Etat chargé de la production culturelle, nous a précisé à propos de la participation algérienne qu’elle sera marquée par deux moments forts, le premier le jour  de l’ouverture de cette 13e session, où l’Algérie exposera  son expérience dans les avancées dans la rédaction de son rapport périodique quadriennal (RPQ) par une équipe constituée d’une dizaine d’experts algériens de différents secteurs, dirigé par M. Dada. Le second moment phare sera lors de la journée du 13 février, à l’occasion d’un atelier d’échange d’expériences autour de la rédaction du rapport et du formulaire adopté par l’Unesco. Pour rappel, tel que nous l’a précisé Salim Dada, dans un entretien accordée à Reporters, « les rapports périodiques constituent une évaluation de l’impact des politiques et des mesures mises en œuvre pour stimuler les secteurs culturels et créatifs et permettent ainsi de créer une plateforme pour engager un dialogue durable sur les politiques, reconnaître le travail accompli dans les secteurs culturels et créatifs et identifier les domaines dans lesquels des investissements et des ressources humaines et financières sont nécessaires».  Par ailleurs, sur le site officiel de l’Unesco, il est précisé qu’au cours de sa treizième session, le Comité décidera de son plan de travail pour 2020-2021, y compris les activités de suivi des politiques et de renforcement des capacités, ainsi que les activités pour mettre en œuvre le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC).
Le Comité approuvera le financement de nouveaux projets par le FIDC dans le cadre de son 10e appel. Il examinera également les conclusions de la 2e  édition du Forum des organisations de la société civile et les synergies potentielles avec la recommandation de 1980 relative à la condition de l’artiste. Il est également noté, que lors de cette 13e session la directrice générale, Audray Azoulay, et la réalisatrice du film, Naomi Kawase, dévoileront le 13 février à 15h les noms des dix jeunes réalisatrices africaines sélectionnées pour le nouveau programme Unesco/Nara de résidence artistique dédiée au cinéma.