Un exercice de simulation d’une « chaîne de secours » suite à une explosion suivie d’un effondrement d’immeuble a été organisé, mardi, par la Protection civile de Tizi-Ouzou, au niveau du lotissement Azlef, à la sortie Est de la ville.

Enclenché de manière inopinée, cet exercice « est destiné à mettre en conditions nos éléments et tester nos capacités de réactions ainsi que celle des services partenaires, notamment, l’hôpital et les services de sécurité, en cas de réelle catastrophe », a déclaré le capitaine Kamel Bouchakor, communicant de la Protection civile. Il est, également, a-t-il dit « une occasion de juger de notre aptitude à gérer une communication de crise de sorte à informer et rassurer la population en lui donnant l’information exacte pour éviter toute dramatisation ou usage excessif de fausses informations». Le scénario de la simulation consiste en «une explosion provoquant un effondrement de l’immeuble, ce qui implique des victimes, blessées et décédées, qu’il faut secourir et aussi un bilan communiqué au fur et à mesure », a expliqué la même source. Entamé à 09H30 du matin, d’énormes moyens, humains et matériels ont été mobilisés pour cet exercice, dont les ambulances, camions et engins anti-incendie de l’unité principale de Tizi-Ouzou, ceux de l’unité de Draâ Ben-Kheda appelés en renfort et aussi les ambulances du CHU de la ville. Sur place, un poste médical avancé (PMA), animé par des médecins du Samu et du CHU de la ville, a été installé pour prodiguer les premiers secours et faire le tri des victimes que des dizaines d’agents de la Protection civile s’exercent à évacuer. « Cela permettra de mettre en conditions nos éléments et de tester leur maîtrise des techniques de dégagements et de secours des victimes sur place et leur prodiguer les soins d’urgence », a précisé le lieutenant Bouyahyaoui Ahcène, chef d’unité principale de Tizi-Ouzou et responsable de l’opération. Jugeant l’exercice « concluant dans l’ensemble », mais ayant, néanmoins, «laissé apparaître quelques petites défaillances dues à l’effet de surprise», le même responsable a assuré que «celles-ci seraient prises en charge de manière à les anticiper et les parfaire». De son côté, le docteur Nemmar Abderrahmane, directeur des activités médicales et paramédicales au niveau du CHU Nedir-Mohamed, a indiqué que « cet exercice est utile pour tester la capacité de réaction et de mobilisation de nos services face à une réelle catastrophe en suivant la chaîne de secours, du lieu de la catastrophe jusqu’à l’intérieur des services ».