Le discours prononcé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia à Paris, à l’occasion de la célébration de l’armistice, où il a évoqué les martyrs de la révolution, a finalement provoqué une polémique où le représentant du président de la République a été accusé d’avoir «amoindri»

le mérite de ces martyrs qu’il aurait qualifié de «morts». Dans une réponse à ces attaques, le Premier ministre s’en est pris à «une chaîne privée de télévision qui s’est livrée à une odieuse tentative de manipulation par montage» de ses propos au sujet des martyrs de la guerre de libération nationale, qui auraient été cités comme des morts et non des chouhada. «Afin de rétablir la vérité exacte, nous citerons la dépêche de l’APS diffusée le 11 novembre à partir de Paris, à 19h23», précise le communiqué diffusé sur le portail web du Premier ministère, ajoutant que cette dépêche a souligné qu’«à l’entame de son allocution à cette occasion, M. Ouyahia a rappelé que la Première Guerre mondiale a coûté au peuple algérien, alors colonisé, des dizaines de milliers de morts». Le communiqué a ajouté également que le Premier ministre a déclaré qu’il s’incline «ici à leur mémoire, ainsi qu’à la mémoire de toutes les victimes de ce conflit». «Il a, par ailleurs, rappelé, ajoute la réponse du Premier ministère, le combat glorieux du peuple algérien qui a subi les horreurs de la guerre pour recouvrer son indépendance, au prix d’un million et demi de martyrs, de millions de victimes et de déplacés, et de lourdes destructions.» Il faut rappeler que cette attaque contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, intervient quelques jours seulement après celles de Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux. <