La circulation du variant Delta connaît depuis quelques semaines une accélération et une propagation inquiétantes. En dépit de la recrudescence des cas de contamination au coronavirus, des syndicats du secteur de l’Education nationale estiment qu’il est «improbable» d’envisager le report à une date ultérieure de la rentrée scolaire, prévue en septembre prochain.

Par Milina Kouaci
Le partenaire social recommande en contrepartie à la tutelle de prendre des mesures supplémentaires de nettoyage, de désinfection et d’aération des classes et surtout de vacciner les travailleurs du secteur afin d’empêcher la propagation de coronavirus dans le milieu scolaire.
Une vision partagée par le ministère qui a plaidé, la veille, pour la vaccination du personnel du secteur pour une rentrée scolaire sécurisée à la date fixée. Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a en effet plaidé pour une opération de vaccination de tous les fonctionnaires des directions de l’Education et à sa généralisation aux enseignants et employés des établissements scolaires, lors d’une réunion tenue mercredi en visioconférence avec les directeurs de l’Education des wilayas du pays. «La vaccination des enseignants, fonctionnaires et employés du secteur de l’Education nationale est un facteur essentiel pour une rentrée scolaire sécurisée à la date fixée», a souligné le ministre, exhortant ses interlocuteurs, chacun à son niveau, à prendre des initiatives à même d’accélérer la cadence de vaccination.
«Nous avons un Comité scientifique chargé du suivi et de la lutte contre le Coronavirus (Covid-19) qui, par ses compétences et prérogatives, décidera si la situation épidémique ne présente aucun danger pour le lancement de l’année scolaire. Dans le cas contraire, ledit comité ne prendra pas le risque d’exposer au danger des millions d’élèves et de travailleurs du secteur», dit Abdelouahab Lamri Zegar, porte-parole de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef).
Pour lui, il est encore tôt d’envisager ou d’appeler au report de la rentrée scolaire, alors que plusieurs semaines nous séparent de la date initiale fixée par la tutelle. «Ce n’est qu’à partir de la mi-août qu’on verra un peu plus clair», indique le porte-parole de l’Unpef.
Une position partagée par le président du Syndicat national des directeurs des écoles primaires (Snadep). «Il n’y a pas besoin d’affoler la société». Ce dernier exige «d’accélérer l’opération de vaccination avant la rentrée scolaire». Abdelkrim Gaid exhorte à ce propos les autorités compétentes d’exploiter les établissements scolaires pour faire vacciner le personnel du secteur avant le début de l’année scolaire».
Sur un ton optimiste, le président du Snadep estime que les Algériens atteindront l’immunité collective d’ici septembre si la vaccination se poursuit dans de bonnes conditions. Notre interlocuteur est persuadé que le pays possède les moyens humains et matériels pour freiner la propagation de coronavirus et assurer la continuité du service public qu’est l’enseignement.
Le porte-parole de l’Unpef, qui appelle à instaurer «l’obligation» de vaccination dans le milieu scolaire, exprime des réserves quant à «la dangerosité du vaccin pour une personne infectée», il faut un test sérologique négatif avant de se faire vacciner. n