L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé, hier, avoir porté à « très élevé » le niveau de la menace liée au nouveau coronavirus.
« L’augmentation continue du nombre de cas, et le nombre de pays touchés ces derniers jours sont clairement préoccupants », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.
« Nos épidémiologistes ont suivi ces développements en permanence et nous avons maintenant augmenté notre évaluation du risque de propagation et du risque d’impact du Covid-19 à un niveau très élevé au niveau mondial », son niveau le plus haut, a-t-il ajouté.
Il a également indiqué que plus de 20 vaccins sont en cours de développement dans le monde et plusieurs produits thérapeutiques sont en cours d’essais cliniques. Les premiers résultats sont attendus dans « quelques semaines », a-t-il détaillé. Le nombre de cas de l’épidémie dans le monde s’élevait hier à 83.853, dont 2.873 décès, dans 56 pays et territoires, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles à 13h00 GMT.
1.293 nouvelles contaminations ont été recensées depuis le dernier décompte réalisé jeudi à 17h00 GMT.
La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l’épidémie s’est déclarée fin décembre, comptait 78.824 cas, dont 2.788 décès. 327 nouvelles contaminations et 41 nouveaux décès y ont été annoncés entre jeudi 17h00 GMT et vendredi 13h00 GMT.
Ailleurs dans le monde, 5.029 cas étaient recensés vendredi à 13h00 GMT, dont 85 décès et 966 nouveaux cas.
Les pays les plus touchés après la Chine sont la Corée du Sud (2.337 cas dont 571 nouveaux, 13 décès), l’Italie (650 cas dont 122 nouveaux, 17 décès), l’Iran (388 cas dont 143 nouveaux, 34 décès) et le Japon (210 cas dont 23 nouveaux, 8 décès). Le Japon a par ailleurs enregistré plus de 700 cas sur le navire de croisière Diamond Princess amarré au large de Yokohama.
En Afrique, un troisième cas a été enregistré après ceux en Egypte et en Algérie. Annoncé hier par le ministère fédéral de la Santé, ce nouveau cas est le premier en Afrique subsaharienne
Le ministère « a confirmé un cas de coronavirus (Covid-19) dans l’Etat de Lagos. Ce cas qui a été confirmé le 27 février 2020 est le premier à être recensé au Nigeria depuis le début de l’épidémie », a-t-il indiqué sur Twitter. Ce très faible nombre de cas détectés dans les pays africains intrigue les épidémiologistes.
Mais les chiffres au niveau mondial témoignent de l’ampleur de la propagation de l’épidémie. Celle-ci va vite et n’épargne quasiment aucun continent pour faire de nouvelles victimes, entre contamination et décès.
« Ce que nous voyons actuellement, ce sont des épidémies liées au Covid-19 dans plusieurs pays, mais la
plupart des cas peuvent encore être attribués à des contacts connus ou à des groupes de cas », a relevé le patron de l’OMS, ajoutant que « la clé pour contenir ce coronavirus est de briser les chaînes de transmission », a-t-il dit.
Il a aussi souligné qu’en dépit d’avoir élevé le niveau de menace à l’international, l’OMS ne considère pas qu’il s’agisse d’une « pandémie ».
« Une pandémie est une situation dans laquelle tous les citoyens sont exposés », ce qui n’est pas le cas actuellement, a expliqué aux journalistes le directeur des programmes d’urgence de l’OMS, le Dr. Michael Ryan.
« S’il s’agissait d’une épidémie de grippe, nous aurions parlé de pandémie », mais dans le cas du nouveau coronavirus, « nous avons constaté qu’avec des mesures d’endiguement, le cours de l’épidémie peut être arrêté de manière significative», a-t-il soutenu.