La valorisation des divers sites archéologiques et de leur ouverture aux visiteurs étaient au centre des directives de la ministre de la Culture, Malika Bendouda, lors de sa visite, lundi dernier, à la commune d’El Ma Labiod, dans la wilaya de Tébessa. Au deuxième jour d’une visite de travail dans cette wilaya frontalière, la ministre, qui s’est rendue au site abritant les vestiges restants du pressoir romain « Berzguel », dans la commune d’El Ma Labiod, a indiqué que « les autorités locales et les responsables du secteur de la culture de toutes les wilayas de la République doivent accorder davantage d’importance et de soins aux différents sites archéologiques et œuvrer à les promouvoir et les ouvrir aux citoyens et aux touristes en vue de créer une industrie culturelle et touristique », rapporte l’APS. Selon les explications présentées à la ministre sur ce site, s’étendant sur plus de 1,6 hectare, « la localité de Berzguel était connue durant l’ère numide par la plantation d’oliviers qui a conduit à la réalisation d’un pressoir durant l’époque romaine d’une capacité allant de 15 000 à 20 000 litres d’huile d’olive destinés à l’exportation vers Rome ». En 2007, un effondrement partiel, chute de pierres d’un des arcs du pressoir, avait été enregistré sur ce site archéologique situé le long de la route reliant le chef-lieu de wilaya à la circonscription administrative Bir El Ater et dépendant de la commune d’El Ma Labiod, géré par l’Office local de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés (OGEBC). La ministre de la Culture a instruit les responsables locaux à l’effet de reconstituer et conforter les pierres conformément aux images historiques du site tout en insistant sur « l’importance de préserver la forme originale de ce lieu archéologique et de planter des oliviers sur le périmètre du pressoir Berzguel pour le revivifier et l’ouvrir aux visiteurs ».
Accélérer la restauration de la maison de Malek Bennabi
Auparavant, la ministre s’était rendue à la maison où avait vécu et grandi le penseur Malek Bennabi au centre-ville de Tébessa et qui avait fait l’objet de deux vastes opérations de restauration et d’aménagement selon son véritable cachet architectural, a-t-on rappelé. La ministre qui est allée dans tous les recoins de cette maison de deux niveaux, dont le rez-de-chaussée était réservé à Malek Bennabi, et comprenait sa bibliothèque, et le niveau supérieur de trois chambres, une cuisine et une salle de bains, a insisté sur l’importance d’ «accélérer son équipement en œuvres et archives de ce penseur avec le concours de témoignages de ses amis et les membres de sa famille pour transformer sa maison en musée destiné aux intellectuels et historiens ».
Durant le premier jour de sa visite dans la wilaya de Tébessa, la ministre a insisté sur l’importance d’ «accorder la priorité à la levée du gel des projets culturels dans les wilayas marginalisées culturellement ». Elle a également instruit les responsables du Centre national de recherche en archéologie (CNRA) de décréter la commune de Negrine (sud de Tébessa) « zone archéologique autorisée aux fouilles des spécialistes et chercheurs archéologues ».