Alors que les manifestations pacifiques, dénonçant le vote de l’APN contre la promotion de la langue tamazight, se poursuivent dans certaines wilayas, le RCD tire la sonnette d’alarme et avertit contre l’atteinte de la cohésion nationale.

Pour éviter ce risque, le parti de Mohcine Belabbas, à travers sa jeunesse libre JLRCD, qui a tenu ce week-end une session ordinaire de son bureau national, plaide pour l’élaboration en toute urgence d’une loi organique afin de concrétiser son enseignement et sa généralisation sur la vie publique. « L’officialisation effective de notre langue ancestrale ne peut être différée sans risque pour la cohésion nationale. Une loi organique qui généralise son enseignement sur tout le territoire national et sa pleine intégration dans toute la vie sociale et politique du pays est une urgence », écrit le parti dans un communiqué sanctionnant les travaux de cette réunion, invitant ainsi les autorités à éliminer tout risque de débordement des évènements de la Kabylie. Et en parlant de risque sur la cohésion nationale, le RCD vise, on ne peut plus clair le MAK, qui pourrait profiter de ces manifestations pour mobiliser autour de son projet indépendantiste. Toujours sur la question, les jeunes du RCD estiment que l’urgence est aussi dans « la mise en place d’une académie de tamazight, inscrite aussi dans la Constitution 2016 ». Sur ce, le parti accuse le pouvoir d’avoir manqué de volonté d’aller de l’avant. « Les louvoiements enregistrés pour son installation démontrent, à eux seuls, l’absence d’une volonté politique pour concrétiser un article (article 4) arraché de haute lutte dans la Constitution et qui consacre enfin tamazight comme langue nationale et officielle », dénonce-t-il. Lors du vote sur l’amendement proposé par la députée du PT, Nadia Chouitem, dans le cadre du projet de loi de finance, portant promotion de la langue tamazight, les élus du RCD à l’APN s’étaient abstenus, faut-il le rappeler. Mais, pour eux, « ce soi-disant amendement proposé ne vise la création d’aucun fonds ni impôt pour la promotion de tamazight». Le parti de Mohcine Belabbas est allé même jusqu’à reprocher au parti de Louisa Hanoune de « vouloir marchander » avec la cause amazighe.