La prolongation du délai de dépôt de candidatures aux futures législatives a eu l’aval du Conseil constitutionnel qui a mis en avant la «constitutionnalité» de la décision prise jeudi, dernier délai de l’opération, par le président de la République.

PAR NAZIM B.
L’ordonnance présidentielle fait suite, indique-t-on, à une demande de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) et après consultation du Conseil d’Etat, du Conseil constitutionnel et après l’avoir soumise au Conseil des ministres.
Pour sa part, le Conseil constitutionnel a affirmé, hier, la «constitutionnalité» des dispositions de l’ordonnance présidentielle portant prolongation des délais de dépôt de candidatures pour les élections législatives du 12 juin prochain, considérant qu’elles «ne portent pas atteinte aux garanties constitutionnelles de l’exercice par le citoyen de son droit d’être candidat», selon le Journal Officiel.
La décision relative au contrôle de la constitutionnalité de l’ordonnance modifiant et complétant l’ordonnance portant loi organique relative au régime électoral, concernant la prolongation de cinq jours du délai de dépôt de candidatures pour les législatives du 12 juin, a été publiée dans le dernier numéro du Journal Officiel.
Le Conseil constitutionnel a tenu à affirmer la «constitutionnalité» des articles de l’ordonnance, objet de saisine, considérant qu’elles «ne portent pas atteinte aux garanties constitutionnelles de l’exercice par le citoyen de son droit d’être candidat». Cette décision est intervenue conformément à l’article 142 de la Constitution, et sur saisine du Conseil constitutionnel par le président de la République, aux fins de contrôler la constitutionnalité de l’ordonnance.
La prolongation des délais présente ainsi une aubaine inespérée pour les prétendants qui ont été recalés. D’autant plus que seulement une douzaine de formations politiques ont pu récolter le nombre de souscripteurs d’électeurs exigés par la loi.
Il s’agit du FLN, le RND, le MSP, le FJD, el Binaa, le Front el Moustakbal, le TAJ, le parti de la Voix du peuple, Fadjr el Djadid, Jil Jadid, le FAN, le PLJ. D’autres formations politiques comme l’ANR de Belkacem Sahli et le FNA de Moussa Touati ne seraient pas dans la compétition électorale si le délai n’avait pas été prolongé.
Pour ces recalés, le dernier délai de dépôt des dossiers de candidature à ce rendez-vous électoral est désormais fixé au 27 avril au lieu du 22 avril à minuit. Même constat également s’agissant de ceux qui ont postulé sur des listes indépendantes et qui n’ont pas pu récolter les signatures d’électeurs. Le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, avait fait état récemment de 1 755 listes de partis politiques agréés et 2 898 listes d’indépendants désirant se porter candidat aux élections législatives du 12 juin 2021, soit un total de 4 653 listes. L’ANIE avait remis 7 655 809 formulaires de souscription de signatures individuelles pour les postulants. Pour les 58 wilayas,1 739 listes de partis et 2 873 listes d’indépendants désirent se porter candidat, avec un total de 4 612 listes, tandis que 7 635 .309 formulaires de souscription de signatures individuelles ont été remis, a-t-il souligné. n