Alors que le 5e mandat de Bouteflika était encore une rumeur distillée, à dessein, par les relais du pouvoir, depuis au moins 2017, les walis en place et tous leurs directeurs de l’Exécutif avaient été requis par les autorités centrales pour multiplier les annonces sur la réception ou la relance de plusieurs projets structurants inscrits à l’indicatif de la wilaya. Des dates butoirs avaient même été arrêtées. On annoncera la réception partielle ou totale de ces projets pour le premier semestre de l’année 2019. Des annonces qui seront, hélas, restées lettres mortes.

Elles n’auront servi, en définitive, qu’à alimenter un emballement médiatique de circonstance autour du programme de campagne électorale pour un mandat qui n’aura finalement pas lieu. Du coup, la finalisation de ces projets, dont certains attendent d’être livrés depuis au moins une décade, est remise à plus tard. Le sujet est revenu au-devant de la scène,il a été évoqué lors de la session d’il y a une semaine de l’APW. «Notre wilaya attend avec impatience la livraison des projets structurants en souffrance. Je cite le stade (d’une contenance de 50 000 places, le chantier a été lancé en 2010, il a connu un énorme retard et des arrêts, et fait l’objet de plusieurs réévaluations, Ndlr), la pénétrante vers l’autoroute Est-Ouest, les 5 stations d’épuration en amont du barrage de Taksebt, le téléférique, la réhabilitation des cinq hôtels du secteur public (dont l’inscription et le lancement en réalisation datent de l’époque où Amar Ghoul était ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Aménagement du territoire, Ndlr), les EPH de Ouadhias», dira le P/APW qui a, en outre, réitéré la demande de «levée du gel de tous les projets inscrits à l’indicatif de la wilaya de Tizi Ouzou, notamment le projet d’un nouveau CHU, l’hôpital mère-enfant, la voie express Aïn El Hammam Draa El Mizan». «Oubliant» d’évoquer la plupart des projets cités dans l’interpellation du P/APAW, le wali, Mahmoud Djamaâ, se contentera d’annoncer le lancement des travaux de réalisation du gazoduc devant alimenter en gaz naturel les villages des communes de Zekri, Ait Chaffaâ et Akerou, qui interviendront dès l’année prochaine avec l’aval du ministre de l’Energie, dont la prise en charge est prévue dans le cadre de la loi de finances 2020. Le gazoduc devrait démarrer de Fréha pour alimenter les localités précitées, mais aussi la partie ouest de la ville de Béjaïa. Seul le téléphérique sort du lot des projets oubliés. Sa mise en service «interviendra prochainement», dira le wali qui soulignera que les essais techniques effectués ont été concluants. Petit bémol ! La mise en service de ce moyen de transport urbain est conditionnée par la levée des réserves émises par la Protection civile. S’agissant de la pénétrante autoroutière qui devra connecter la wilaya de Tizi Ouzou vers l’autoroute Est-Ouest, le wali indiquera que l’aboutissement du projet est subordonné à la résolution du problème de paiement et d’opposition de riverains. Ce projet et la réalisation du port sec au niveau de la gare ferroviaire de Oued Aissï, selon le chef de l’Exécutif de la wilaya de Tizi Ouzou, feront l’objet d’un examen à l’occasion de la prochaine visite d’inspection du ministre des Transports et des Travaux publics dans la wilaya. <