Parmi les nombreux projets d’investissement suspendus, bien qu’opérationnels, 26 ont pu bénéficier d’une autorisation exceptionnelle et d’une attestation d’entrée en exploitation.
Les documents ont été remis aux opérateurs bénéficiaires de cette mesure par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, et le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, lors de la clôture de la Conférence nationale sur la relance industrielle. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la régularisation de la situation des projets prêts mais pas encore lancés pour des raisons administratives et ce, sur instructions du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Les 26 entreprises bénéficiaires de ces autorisations, nécessaires pour le lancement dans la production, activent dans divers domaines, tels que l’industrie, l’agriculture, l’énergie, le bâtiment, les travaux publics, les énergies renouvelables, le traitement et le recyclage des déchets ménagers, les hôpitaux et les hôtels touristiques, selon les explications données lors de la cérémonie de remise des autorisations. Ces projets sont répartis sur plusieurs zones industrielles et d’activités, notamment celles situées dans les wilayas du Sud et les Hauts-Plateaux, et dans des zones reculées, ce qui aura un impact social important notamment au regard des nombreux postes d’emploi directs et indirects à créer. Entre autres sociétés bénéficiaires de ces autorisations exceptionnelles, la société algéro-chinoise spécialisée dans la production du fer à béton dans la zone industrielle de Sidi Khetab (Relizane), la Société de production des panneaux de bois dans la zone industrielle d’El Matrouha (Tarf), la Société de fabrication des produits de peinture dans la commune de Freha (Tizi Ouzou), la Société l’embouteillage des eaux minérales dans la zone industrielle de Boudhir, commune de Aïn Maabad (Djelfa), et l’usine de production et de découpage du marbre et du granit à Sersouf (Tamanrasset) et la Société de production de lait dans la wilaya d’Illizi.