Au lendemain de la visite du ministre des Affaires étrangères français en Algérie, Jean-Yves Le Drian, pour relancer les relations bilatérales entre Alger et Paris, la question est de savoir si les délais d’entrée en activité de l’usine Peugeot seront respectés.
En effet, parmi les projets économiques algéro-français attendus pour entrer en activité cette année 2020, figure l’usine Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA), située à Oran, dans la zone de Tafraoui. L’attente ne devrait d’ailleurs pas durer encore longtemps, pour peu que l’échéance annoncée pour l’entame de sa production, à savoir la fin du premier semestre en cours, soit respectée.
Cette échéance a été d’ailleurs confirmée en février 2019 par le DG de PCPA, Jérôme Fournier, lors de la réception du permis de construire de l’usine auprès de la wilaya d’Oran. « L’obtention du permis de construire constitue une étape décisive d’un processus qui aboutira au lancement d’une unité de production, totalement opérationnelle mi-2020 », s’était réjoui M. Fournier.
En octobre dernier, c’était au tour de l’ex-ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, de rafraîchir les informations sur le projet PCPA pour faire savoir que l’usine était « toujours en construction » et qu’elle « devrait être opérationnelle au 1er semestre 2020 ». Plus récemment, c’est-à-dire il y a à peine trois jours, le président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF), Michel Bisac, abordait le dossier PCPA pour confirmer l’avancement « normal » du projet dans la capitale de l’Ouest. Dans un entretien accordé au site TSA, M. Bisac a souligné que « les dirigeants sont très confiants » et soutenu que le constructeur français a mis en place une vraie usine de montage automobile qui fera intervenir de nombreux sous-traitants locaux.
L’usine PCPA serait donc en voie d’achèvement des travaux et de l’installation, ensuite, de la chaîne de production qui assemblera des modèles Peugeot et, un peu plus tard, Citroën.
Il reste toutefois à préciser que si elle devait réellement entrer en production dans le respect des délais annoncés, l’usine PCPA serait appelée à évoluer dans un environnement que le gouvernement a été instruit, par le président de la République, d’assainir en urgence pour rompre avec les pratiques qui ont fait de l’industrie en Algérie une grande affaire de scandales et d’importations déguisées. C’est pourquoi, pour les semaines qui viennent avant la mise en production du projet Peugeot en Algérie, ses dirigeants vont devoir suivre d’un peu plus près le dossier automobile dans notre pays, à travers la stratégie qui sera mise en place par les autorités chargées de cet assainissement, et à leur tête, le ministre du Commerce, connu pour avoir été très critique envers le dossier automobile lorsqu’il multipliait ses interventions d’expert du secteur industriel.
Ce suivi pourra toutefois compter sur la réactivation du Comité mixte économique franco-algérien (Comefa). Lequel comité avait, faut-il le rappeler, servi d’espace pour la signature, en novembre 2017, de l’accord de co-entreprise pour l’installation de l’usine PCPA. Un accord conclu entre le Groupe Peugeot et ses partenaires en Algérie, à savoir les sociétés Condor Electronics,
Palpa Pro et l’Entreprise nationale de production de machines-outils (PMO), et selon lequel l’usine PCPA devait être implantée dans la commune oranaise d’El Kerma, où elle devait entamer ses activité dès l’année 2018.
Mais une décision de justice allait, par la suite, annuler l’attribution du terrain d’El Kerma à ce projet, suite à une plainte déposée par ses propriétaires qui avaient eu gain de cause en faisant valoir sa vocation agricole.
D’où le déménagement forcé du projet PCPA dans la zone de Tafraoui, qui avait obligé les parties impliquées dans le projet à reconsidérer leur plan de construction et d’aménagement du site, en prenant en considération les caractéristiques de la parcelle du nouveau terrain octroyée à Tafraoui. S’en était suivi systématiquement le report de l’entrée en activité. 2020 sera-elle alors la bonne année pour le projet Peugeot en Algérie ? n