Le ministre des Travaux publics, de l’Hydraulique et des Infrastructures de base, Lakhdar Rakhroukh, a affirmé mardi à Alger que les études relatives au projet de réalisation de la route reliant Tindouf à la ville mauritanienne de Zouérate, confiées à l’Algérie seront prochainement lancées. Dans une déclaration à la presse au terme des travaux de la 1re session du Comité conjoint algéro-mauritanien pour la réalisation de la route Tindouf-Zouérate, le ministre a souligné que «les études préliminaires et exhaustives de ce projet devant être réalisé sur une longueur de 773 Km de la frontière algéro-mauritanienne vers la ville de Zouérate, seront lancées dans les prochains jours», soulignant «l’importance stratégique» de cette infrastructure dans la promotion des échanges économiques entre les deux pays, mais aussi entre la Libye, la Tunisie et l’Algérie d’une part et les pays du Sahel d’autre part. Les travaux de la réunion du Comité conjoint ont été coprésidés par M. Rekhroukh et le ministre mauritanien de l’Equipement et des Transports, Nani Ould Chrougha. Cette 1re session du Comité conjoint intervient dans le cadre du suivi de l’application du mémorandum d’entente signé entre les deux pays, en décembre dernier à Alger, portant sur la réalisation d’une route terrestre reliant Tindouf à la ville mauritanienne de Zouérate.
Le ministre a affirmé que la réunion du Comité a examiné les facilités, notamment administratives, douanières et techniques nécessaires au lancement des études relatives à ce projet vital, afin de respecter des délais de réalisation. Il a soutenu que le premier tronçon du projet qui se trouve sur le territoire national (Tindouf-frontières mauritaniennes 75km) a été réalisé, tandis que les travaux sont actuellement en cours pour la réalisation de deux postes frontaliers sur les territoires des deux pays, et dont le parachèvement des travaux est prévu début 2023. «Le projet de cette route est d’une grande portée économique et sociale à l’échelle régionale et continentale», car il constitue un couloir international de transit eu égard à la position géostratégique de l’Algérie et de la Mauritanie étant deux points de transit entre l’Europe, le Maghreb et l’Afrique, en sus de favoriser la circulation des personnes et des marchandises pour «la promotion de l’exportation de la production nationale vers les pays africains et la relance de l’économie de la région toute entière», a poursuivi M. Rekhroukh. Pour rappel, l’Algérie se chargera de la réalisation et du financement de ce projet important à travers plusieurs entreprises publiques. Une fois achevée, cette infrastructure routière sera exploitée par l’Algérie sous forme de concession de 10 ans par tacite reconduction. Après l’achèvement des structures routières, la réalisation des nouveaux relais sur cette route sera confiée à la société NAFTAL. De son côté, le ministre mauritanien s’est félicité des résultats de la réunion de la Commission qui «a réalisé un bon travail», relevant que la feuille de route approuvée par les deux parties définit les actions programmées dans le cadre de la concrétisation du projet. M. Ould Chrougha a indiqué que le projet de la route Tindouf-Zouerat vient concrétiser les engagements du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et de son homologue mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani qui ont souligné l’importance stratégique du projet pour renforcer les échanges économiques et commerciaux, et même culturels entre les deux pays. Le ministre mauritanien a affirmé, en outre, que malgré les acquis importants obtenus dans différents domaines, le niveau des relations bilatérales est «en deçà du niveau escompté», par rapport aux capacités des pays, appelant à intensifier les efforts pour «renforcer la coopération et la solidarité». Au terme des travaux de la Commission, les deux ministres ont signé le PV des experts de la Commission en charge du suivi du projet. (APS)