Le parti de Talaie El Hourriyet, qui signe sa première déclaration publique post Ali Benflis, qui s’était retiré au lendemain de sa participation ratée à l’élection présidentielle, a réclamé de la transparence sur «le contenu et les objectifs» du projet de révision constitutionnelle engagé par le président Tebboune.
Cette réunion mensuelle ordinaire a eu lieu sous la présidence de Saâdi Abdelkader, président du parti par intérim.
Le bureau politique du parti, qui s’est réuni hier, a indiqué avoir noté « l’ouverture par la présidence de la République de consultations bilatérales avec des personnalités nationales, des leaders de parti politique et de la société civile sur la situation globale du pays et la révision profonde de la Constitution ». Tout en appelant à la promotion de cet exercice et le consacrer en mode de gouvernance en Algérie, le parti a exprimé son souhait que « le contenu et les objectifs de ces consultations soient portés, en toute transparence, à la connaissance de l’opinion publique nationale ».
Il a ajouté que « la profonde réforme constitutionnelle, revendiquée par le Hirak, est un exercice éminemment politique et que le lancement de tout processus de révision constitutionnelle doit être l’occasion de redonner la parole au peuple, qui détient le pouvoir constituant, en mettant en place des mécanismes adéquats pour la représentation populaire la plus large possible, à toutes les étapes du processus, et non seulement au niveau du processus référendaire».
Dans le volet relatif aux libertés, le parti s’est félicité de «l’élargissement de certains détenus du mouvement populaire et appelle à la poursuite de la libération de tous les autres détenus du Hirak ».
Il a appelé dans ce sens les autorités publiques à «éviter d’exacerber les tensions à travers les interpellations de citoyens, qui manifestent pacifiquement pour exprimer leurs aspirations à un profond changement et l’édification d’un Etat de droit et d’un régime démocratique ». Au plan organique, le bureau politique de l’Avant-garde des libertés s’est félicité de « la bonne tenue de la session extraordinaire du Comité central, organisée le 28 décembre 2019 au Hamiz, à Alger, tout en regrettant le retrait de Ali Benflis de la présidence du parti ». Il a appelé, par conséquent, les cadres et militants à se mobiliser afin de «poursuivre le parcours politique du parti, pour la bonne réussite des prochaines échéances, notamment le premier congrès du parti».