La nouvelle Constitution en son article 54 consacre le droit des journalistes aux sources d’information dans le cadre de la loi. Une condition qui permet à la corporation de mieux informer la population. Elle garantit la liberté de la presse écrite, audiovisuelle et électronique. Cette liberté de la presse comprend, lit-on dans le document, la liberté d’expression et de création des journalistes et collaborateurs de presse. Le projet de Constitution consacre également le droit à l’indépendance des journalistes et du secret professionnel. Elle leur octroie le droit de fonder des journaux et toute autre publication sur simple déclaration. Ce qui constitue un acquis important. Par contre, le droit de créer des chaînes de télévision, des médias radiophoniques et des journaux et sites électroniques s’exerce dans les conditions fixées par la loi. Le droit de diffuser des idées, des images et des opinions s’exerce dans le cadre de la loi et du respect des constantes et des valeurs religieuses, morales et culturelles de la Nation. La liberté de la presse ne peut être utilisée pour porter atteinte à la dignité et aux droits d’autrui. De même, la diffusion de discours haineux et discriminatoire est prohibée. Autre acquis, si le projet est approuvé par la majorité des électeurs, le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté. Et l’activité des journaux, des publications et des médias télévisés et radiophoniques et journaux et sites électroniques ne peut être interdite qu’en vertu d’une décision de justice. K.R.