Par Bouzid Chalabi
Le programme des Nations unies pour le développement (Pnud) accompagnera financièrement et techniquement l’Algérie dans son programme national des énergies renouvelables. La Représentante Résidente du Pnud à Alger, Aliko Blerta, l’a annoncé à l’ouverture d’une conférence sur la Transition énergétique durable et innovante intitulée « Innovation Days 2021 », organisée conjointement par le ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables et le Pnud en Algérie, qui se tient les 12 et 13 avril au Centre international des conférences (CIC) Abdelatif-Rahal, Alger.
Une telle déclaration tient lieu d’encouragement pour le pays dans sa stratégie de passer au mix énergétique en 2030 et qui, pour ce faire, ne saurait tourner le dos à une assistance financière et technique dès lors où le besoin de réussir notre transition énergétique se fait ressentir de plus en plus compte tenu du déclin de nos ressources énergétiques fossilifères qu’il faudra de plus en plus ménager pour les générations futures. Mais ce qui reste regrettable, c’est que l’échéance de 2030 se rapproche alors que sur le terrain, les institutions concernées continuent de tergiverser pour enfin mettre sur rail efficacement une telle vision de transition énergétique qui devient inéluctable. Autrement dit, on continue d’avancer à petit pas au moment où il faut passer à une vitesse supérieure vers une nouvelle politique énergétique du pays. Un coup d’accélérateur dans cette optique serait des plus bénéfiques « tant l’Algérie se trouve devant un défi de taille : celui de réussir sa transition énergétique », a lancé le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour, lors de son exposé portant sur la feuille de route et perspective de la transition énergétique du pays. Sur ce dernier thème, le professeur Chitour s’est évertué dans son exposé à expliquer « comment l’Algérie compte réussir la transition vers le développement humain durable en s’appuyant sur ses savoirs, son expérience, mais aussi sur l’accompagnement d’institutions internationales qui l’amènent à faire sa part pour un monde meilleur ». A propos d’accompagnement, la représentante du Pnud Algérie a fait savoir aux médias, en marge de la conférence, qu’à l’issue de cette rencontre seront formulées des recommandations pour des actions concrètes en vue d’accélérer la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables. Ajoutant dans ce sens : « Cette conférence va nous permettre entre autres de discuter des possibilités pour réussir la transition notamment pour ce qui concerne la technologie et la formation dans les ENR. »
Soulignons que le Pnud a, lors de cette conférence, exposé une expertise internationale portant sur les expériences et bonnes pratiques en matière des ENR et EE.
Notons par ailleurs qu’au programme de cette conférence quatre ateliers ont été constitués. Ceux d’hier avaient pour intitulé « Développement et promotion des ENR en Algérie » et « Développement et promotion de l’efficacité énergétique ». Tous deux animés par les panélistes représentant toutes les parties prenantes concernées par le programme national de la transition énergétique.
A propos des « Innovation Days » ou journées de l’innovation du Pnud, il y a lieu de savoir que c’est un événement mondial organisé chaque année depuis 2017 à Istanbul, en Turquie, et où, à l’occasion, se concertent à travers l’outil internet les représentants d’institutions publiques et responsables gouvernementaux pour échanger leur approche dans le domaine des écosystèmes. En clair, les journées de l’innovation s’adressent aux partenaires nationaux dont la société civile, le monde universitaire, le secteur privé. n