Par Khaled Remouche
Les produits qui ne portent pas la marque «made in Algeria» sont interdits à l’exportation et rejoignent ainsi la liste des marchandises suspendues ou proscrites à l’export… Les contrevenants seront sanctionnés, a promis le chef de l’Etat en Conseil des ministres. Un projet de loi sera élaboré par le ministère de la Justice pour déterminer de manière précise les produits ciblés et la nature des sanctions pénales. A titre de prévention face aux répercussions économiques de la crise Russie-Ukraine, le chef de l’Etat à l’issue du Conseil des ministres a décidé d’interdire l’exportation de produits de consommation importés par l’Algérie, à l’instar du sucre, des pâtes, l’huile, la semoule et tous les dérivés du blé. Il a chargé le ministre de la Justice d’élaborer un projet de loi pénalisant l’exportation de produits, non produits localement, c’est à dire importés, car étant un acte de sabotage de l’économie. Ce qui veut dire que les contrevenants à cette interdiction seront sanctionnés pénalement. La pénalisation de ce type d’exportation intervient après celle qui frappe l’acte de spéculation sur les produits de large consommation. De telles mesures semblent être justifiées par le souci des pouvoirs publics d’assurer la disponibilité de ces produits de large consommation en contexte de risque de pénurie mondiale de produits de base en raison du conflit Russie-Ukraine. Cette décision n’est pas claire, avance un spécialiste qui a requis l’anonymat. S’agit-il de produits finis importés?. Dans ce cas, les importations et les exportations de ces produits sont marginales. Tant le produit local s’est imposé en raison du rapport qualité/prix. L’offre locale par rapport à la demande domestique est excédentaire. C’est le cas du sucre, de l’huile, de la semoule et des dérivés de blé. S’il s’agit de matières premières ou d’intrants pour les producteurs locaux qui sont subventionnés, elle est pénalisante car elle freine les exportations agroalimentaires telles que l’huile raffinée, le sucre raffiné, la semoule, la farine, les yaourts.
(Suite en page 4)