Les deux premiers mois de 2020 ont été marqués par un recul de la facture des importations algériennes de produits alimentaires. Celle-ci s’est chiffrée à 1,293 milliard de dollars (usd) contre 1,340 milliard usd à la même période de l’année dernière, en baisse de 46,87 millions de dollars équivalent à 3,50%, indiquent les statistiques de la Direction générale des Douanes algériennes (DGD). Les achats de biens alimentaires occupent la seconde position, après les biens d’équipements industriels, de la structure des importations de l’Algérie, avec un taux de 21,10%. Cette baisse a été provoquée par essentiellement une diminution des importations des céréales, des légumes, des résidus et déchets des industries alimentaires et des importations de café, thé et épices.
Représentant près de 31% de la structure des importations alimentaires, les céréales, semoule et farine ont atteint 398,76 millions usd durant les mois de janvier et février derniers, contre 435,84 millions à la même période en 2019, en baisse de 37,08 millions usd, soit -8,51%. Les importations des légumes ont, également, reculé de 12,20%, pour totaliser 68,36 millions usd les deux premiers mois de l’année en cours, contre 77,86 millions usd durant la même période de l’année dernière.
La tendance baissière s’explique également par le recul des achats de résidus et déchets des industries alimentaires, dont les tourteaux et autres résidus solides, qui ont atteint 60,29 millions usd contre 108,69 millions usd, soit une baisse de 44,53%. Les importations du groupe café, thé et épices ont aussi baissé de près de 6,7% pour totaliser 59,41 millions usd contre 63,67 millions usd.
En revanche, les importations d’autres groupes de produits ont connu des hausses les deux premiers mois 2020 et par rapport à la même période de l’année dernière.
Ainsi, les importations des produits laitiers ont augmenté à 260,36 millions usd, contre 249,17 md usd (+4,49%). La facture des achats à l’étranger du sucre et des sucreries a atteint 138,16 millions usd, contre 106,35 millions usd (+29,90%), même tendance a été relevée pour les fruits comestibles (fruits frais ou secs) qui ont augmenté de 62,88%, totalisant 62,17 millions usd contre 38,17 millions usd durant la même période de comparaison.
Une hausse a concerné aussi d’autres produits alimentaires tels que les importations d’animaux vivants qui ont également progressé à 36,44 millions usd, contre 25,85 millions usd (+40,95%), la viande avec 35,88 millions (+14,43%) et enfin les préparations alimentaires diverses avec 53,32 millions usd (+1,13%). Les importations d’huile de soja et ses fractions (classés dans le groupe des produits bruts) ont totalisé 99,54 millions usd (-3,11%).
En 2019, la facture d’importation des produits alimentaires avait reculé de 501 millions usd, soit près de -6%, pour atteindre 8,07 milliards usd, contre 8,57 mds usd l’année d’avant.
Pour rappel, la facture globale des importations algérienne a baissé sur les mois de janvier et février, s’établissant à 6,129 mds usd, contre 7,481 mds usd, soit un recul de 18,07% qui n’a, cependant, pas été suffisante pour amortir le fort recul enregistré pour les recettes d’exportations, sous l’effet de la régression des prix du pétrole. Ce qui a provoqué un déficit commercial de 1,23 milliard de dollars contre 686,51 millions de dollars à la même période de l’année dernière, atteignant 1,23 milliard de dollars contre 686,51 millions de dollars à la même période de l’année dernière,
Le recul des importations de biens alimentaires intervient alors que l’Etat a décidé de ne plus recourir à l’achat outre-mer de produits qui sont fabriqués localement. C’est le cas aussi pour les médicaments dont la réduction de la facture des importations est un impératif auquel avait appelé le président Abdelamdjid Tebboune, insistant sur l’encouragement de la production.
Sauf, qu’à l’inverse des produits alimentaires, la facture des importations des médicaments pour la vente en détail (classés dans le groupe des biens de consommation non alimentaires), s’est plutôt envolée en janvier et février derniers, atteignant 156,80 millions usd, contre 110,30 millions usd, soit une hausse de 42,16%. <