L’Algérie produira localement les premiers lots de vaccins contre la Covid le 29 septembre prochain, a affirmé, hier, le président de la République Abdelmadjid Tebboune, en marge de la rencontre avec les walis et qui coïncide avec la célébration de la Journée internationale des pharmaciens.

Par Sihem Bounabi
Ainsi dans trois jours, le vaccin anti-covid, le vaccin chinois CoronaVac de la firme Sinovac sortira de l’unité de production de Constantine, concrétisant ainsi un projet annoncé dès le mois d’avril dernier pour ce mois de septembre. Toutefois, au départ, il était prévu de produire du vaccin russe Sputnik-V, finalement, c’est le vaccin chinois qui sera produit en premier, tandis que le vaccin russe est prévu pour la fin de l’année.
Le ministre de l’Industrie pharmaceutique Lotfi Benbahmed a également annoncé, hier, dans son message à l’occasion de la Journée internationale des pharmaciens que «le 29 septembre, l’Algérie lancera officiellement la production du vaccin anti-covid en Algérie». Précisant que «nous pourrions atteindre 200 millions de vaccins par an». Une quantité de production qui, selon le ministre, permettrait de répondre aux besoins au niveau du territoire national mais également au niveau continental. Il a également rappelé que face à la difficulté d’accès au vaccin anti-covid, à cause de la forte demande mondiale, cela a démontré encore une fois «la nécessité pour l’Algérie d’avoir «une industrie pharmaceutique pour pouvoir assurer sa sécurité sanitaire». Soulignant que le Président de la République avait donné très tôt des instructions pour mettre en place la production du vaccin contre la covid en Algérie. Par ailleurs, le ministre a tenu à rendre hommage à toute la corporation des pharmaciens et notamment les pharmaciens d’officine en déclarant qu’«ils étaient présents dans la campagne de vaccination et c’est une première en Algérie». Il tient également à souligner que les pharmaciens libéraux ont commencé à vacciner avant les médecins libéraux, ce qui traduit la volonté réelle des pharmaciens à s’impliquer davantage dans la santé des citoyens et de jouer un rôle actif. La nouvelle loi sanitaire 2018 a déjà exprimé à travers de nombreux articles déjà le rôle que devraient jouer les pharmaciens dans l’éducation thérapeutique et les services liés de santé, ajoutant que dans ce cadre, la vaccination est un des premiers services que rendent désormais les pharmaciens d’officine.
Lotfi Bebahmed a tenu également à rendre hommage aux efforts déployés par les pharmaciens biologistes, les directeurs techniques, les distributeurs qui «ont réussi à rester présents tout au long de cette pandémie», souligne-t-il.
Pour sa part, Pr Hadjoudj Wahiba, directrice générale de la pharmacie et des équipements de la santé, au ministère de la santé, a tenu à l’occasion de la Journée mondiale des pharmaciens, à rendre hommage à tous ceux qui travaillent dans les différents domaines de la pharmacie. «Je tiens à rendre hommage à toute cette corporation qui a toujours milité pour s’inscrire et faire partie d’un système de santé performant et qui n’a ménagé aucun effort dans ce sens pour faire face à la pandémie de la Covid-19 en Algérie», a-t-elle déclaré.

Hommage aux pharmaciens
Pr Hadjoudj Wahiba a ajouté : «Comme nous sommes dans un contexte mondial de vaccination, je saisi cette occasion pour rendre hommage à toute la corporation des pharmaciens d’officine pour le courage qu’ils ont eu pour participer à l’effort de vaccination contre la Covid-19 qui a démarré le 25 août dernier.»
A ce sujet, Messaoud Belambri, président du Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo), nous a affirmé, hier, que d’autres pharmaciens se sont inscrits pour la prochaine session de formation dans le cadre de cette campagne de vaccination et qui viennent ainsi renforcer les 1 200 pharmaciens qui proposent déjà la vaccination contre la Covid dans l’espace de leurs officines. Messaoud Belambri souligne à ce sujet que «les pharmaciens d’officine contribuent de manière très importante dans la campagne contre la covid pour assurer la vaccination de manière volontaire et gratuite».
Il regrette toutefois qu’à l’instar des autres centres de vaccination, il a été constaté une baisse d’affluence des citoyens dès que les cas de contamination ont commencé à baisser ces derniers jours.

Pas de grande affluence dans les officines
Il tient toutefois à souligner que «l’on procède à des campagnes d’affichage et on discute avec nos clients pour les sensibiliser sur l’importance de se faire vacciner car on n’est pas à l’abri d’une recrudescence des cas et d’une quatrième vague».
A propos de la célébration de la Journée mondiale des pharmaciens en Algérie, le président du Snapo estime que «la célébration de cette journée n’a eu d’écho chez nous que ces dernières années, cela prendra certainement plus de sens et d’ampleur dans les prochaines années». Enchaînant qu’ «on espère que grâce à cette célébration, il y aura une prise de conscience de l’importance du rôle du pharmacien dans le système de santé et nous aspirons à améliorer cela car, malheureusement, on n’accorde pas encore aux pharmaciens toute l’importance qu’ils méritent».
Il précise ses propos qu’«il faut prendre conscience que le rôle du pharmacien n’est pas confiné juste à vendre des médicaments. Il est temps de rendre à cette profession ces lettres de noblesse et valoriser le pharmacien à sa juste valeur». n