La production industrielle du secteur public a augmenté de 2,7% en 2019, indique l’Office national des statistiques (ONS). Cette progression est due aux performances réalisées par le secteur durant les trois premiers trimestres de l’année dernière, alors qu’au quatrième la tendance s’est inversée pour se chiffrer en recul de 3,6%, souligne l’ONS.

Ainsi, les entreprises du secteur industriel public ont enregistré une hausse de production de 4,3% au premier trimestre de 2019, s’est améliorée lors du second trimestre pour atteindre 6%, avant de revenir à 4,3% lors du troisième trimestre, soit le même taux affiché entre janvier et mars de la même année.
Concernant les secteurs qui ont réalisé des hausses durant l’exercice écoulé, ils sont cinq, à savoir le secteur de l’Energie avec une progression de 6,7% de la production, les Industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) avec +16,3%), contre 4,9% pour les industries agroalimentaires, et 14,2% pour l’industrie des cuirs et chaussures, alors que les industries diverses ont réalisé un bond significatif de 52,7%.
A l’inverse de ces cinq secteurs, d’autres secteurs ont passé l’année 2019 dans une tendance de production industrielle baissière, indique encore l’office, citant les hydrocarbures (-0,4%) , les mines et carrières (-5,4%), les matériaux de construction (-11,4%), les industries chimiques (-4,4%), textiles (-0,9%) et enfin les industries des bois, liège et papier avec -14,5%.
Pour le quatrième trimestre, quatre secteurs ont pu échapper à la tendance baissière et enregistrer des hausse, poursuit la même source, précisant qu’il s’agit de l’énergie qui a cru de3,3%, l’agroalimentaires (+11,3%), cuirs et chaussures (+21,7%) et les industries diverses avec une hausse de 46,6%. Par ailleurs, l’Office a relevé que dans d’autres secteurs la production a reculé durant les trois derniers mois de l’année dernière.
Afin d’améliorer les atouts de l’industrie nationale, de diversifier la production locale et faire face à la chute des cours du pétrole, le Gouvernement avait adopté dans le cadre du «renouveau économique attendu», une nouvelle politique économique, qui sera essentiellement axée sur la mise en place d’un nouveau mode de gouvernance économique, d’une gestion moderne de l’entreprise économique, du développement des filières industrielles prometteuses, de l’accroissement des niveaux de production et de la valorisation des ressources naturelles du pays.<