Synthèse de Bouzid Chalabi
Après cinq trimestres de contractions successives dans la production industrielle du secteur public national, c’est le retour à la hausse. La production a, en effet, connu un surcroît de 0,4% sur un an au premier trimestre 2021, rapporte un communiqué de l’Office national des statistiques (ONS), rendu public hier mardi 3 août. Une hausse tirée essentiellement, selon les données de cette même source, par un net redressement de la production du secteur des industries agroalimentaires et celui des ISMMEE (industries sidérurgiques, métalliques, électriques et électroniques).
On apprend ainsi en substance que, durant les trois premiers mois 2021, les industries agroalimentaires ont connu un redressement remarquable de +10,3% tangible au niveau de toutes les activités du secteur. Pour le détail, l’industrie du lait et la fabrication des produits alimentaires pour animaux se sont distinguées par des hausses respectives de 25,5 % et 25,7% alors que la triture des céréales primaires (blé tendre et dur) a marqué un relèvement de 1,3%.
Concernant les ISMMEE cette même source indique qu’elles ont enregistré un relèvement «appréciable» de 8,6% durant le premier trimestre 2021 par rapport à la même période de l’année précédente, grâce à l’augmentation de la production de plusieurs activités du secteur. Il s’agit notamment de «la fabrication de biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques qui ont affiché, dans leur ensemble, une hausse de 4% et la fabrication des biens d’équipement mécanique (+17,3%). Il s’agit notamment de la fabrication des biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques qui a affiché une hausse de 14%, la fabrication des biens d’équipement mécanique (+17,3%) et sidérurgie et transformation de la fonte et acier (+28,7%). L’ONS fait, par ailleurs, remarquer dans son rapport de conjoncture que dans le secteur des ISMEEE des baisses à la production ont été enregistrées dans la période de référence. Ce sont essentiellement les branches de fabrication de biens de consommation électrique (-83,3%) et celle des biens d’équipements électriques (-8,1%).
Quant au secteur des matériaux de construction, on lit qu’il a pour sa part contribué à l’amélioration de la production industrielle avec une hausse de 5% durant le 1er trimestre 2021, à la faveur des augmentations de la production des branches des liants hydrauliques (+2,1%), la fabrication des autres produits en ciment (21,5%), l’industrie du verre (+3,8%) et ce, en dépit de la baisse de l’activité de fabrication des matériaux de construction et produits rouges (-7,1%).
A propos du secteur de l’énergie, il est mentionné qu’il s’est caractérisé par une stagnation au premier trimestre de l’année en cours, a noté l’ONS. Au registre des hydrocarbures, l’ONS évoque un déclin de sa production de l’ordre de 2,0%. «Un recul de moindre ampleur que ceux observés aux quatre trimestres de l’année précédente», est-il souligné dans le dit communiqué. L‘ONS explique dans ce sens que le repli de la production est dû essentiellement à une baisse de 6,5% de la branche Pétrole brut et gaz naturel, malgré la croissance de la production dans les branches Liquéfaction du gaz naturel (16,2%) et Raffinage du pétrole brut (+1,0%).
Par ailleurs, l’ONS a relevé des baisses de la production qui ont caractérisé les secteurs des mines et carrières (-4,5%), les industries chimiques (-3,3%), les textiles (-14,2%), l’industrie des cuirs et chaussures (-13,2%), celle des bois, liège et papier (-6,2%) et enfin les industries diverses avec -20,5%.
Il est rappelé, en fin de communiqué, qu’en 2020, la production industrielle du secteur public a reculé de 8,0 % contre une hausse de 2,7% en 2019. <