Une légère hausse, de 0,7%, des prix à la production du secteur industriel public (hors hydrocarbures) a été enregistrée durant le dernier trimestre 2017, indique l’Office national des statistiques (ONS).

Les industries des bois, liège et papier viennent en tête de liste des secteurs qui ont été à l’origine de cette hausse, avec une progression de 3,2%, souligne l’ONS, précisant que cette tendance a été entraînée notamment par la menuiserie générale (+4,1%), alors que pour celle des liège et papier, ce sont la fabrication et la transformation de papier qui ont vu leurs prix grimper à la sortie d’usine.
Dans le cas de l’industrie du bois, particulièrement la branche menuiserie générale, la hausse des prix enregistrée au niveau de la production est loin d’être une surprise.
Bien au contraire, il s’agit d’une résultante logique de la suppression des importations de bois qui avait occasionné une pénurie nationale suivie d’une flambée inédite des prix de cette matière première. Quant aux coûts des meubles en bois, ils sont carrément passés du simple au double. À titre d’exemple, une fenêtre en bois a vu son prix grimper de 4 500 à plus 8 000 DA, avions-nous constaté en octobre 2017.
La production des Industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (ISMMEE) a également enregistré une hausse (+2,1%) au 4e trimestre 2017, poursuit la même source. Une donne générée par l’augmentation des prix de quelques activités dont notamment la sidérurgie, transformation de fonte et acier (+3,3%) et la fabrication de biens intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques (+3,8%).
Le secteur des mines et carrières a vu, lui aussi, ses prix suivre une tendance haussière durant les trois derniers mois de l’année écoulée, estimée 0,4%, et ce suite au  relèvement des prix de l’extraction du sel (+2,7%) et celle du minerai de fer (+1,7%). L’augmentation des coûts de fabrication a aussi concerné les Matériaux de construction (+0,2%) en raison de l’augmentation des prix à la production des matériaux de construction et produits rouges (+0,7%) et des produits en ciment et matériaux de construction divers (+0,6%).
Les prix à la production des Industries agroalimentaires n’ont pas échappé, eux non plus, à la hausse durant la même période de référence, même si celle-ci reste modérée après n’avoir atteint que 0,1% après avoir été entraînée, particulièrement, par le relèvement des prix à la production dans l’industrie du lait (+0,7%). Le reste des activités s’est caractérisé soit par des évolutions modérées, soit par des stagnations, poursuit l’ONS.
Si la progression des prix à la production du secteur public industriel, qui n’a été que de 0,7% durant le 4e trimestre 2017, peut paraître légère comparée à celle affichée le trimestre précédent, elle est nettement plus conséquente lorsqu’elle est comparée au 2e trimestre 2017, soit exactement 2,5%.
Ce qui signifie que les même prix n’ont pas cessé d’augmenter durant toute l’année 2017, pour tourner autour d’une moyenne de 1,9%  comparativement à 2016.