A reprendre les déclarations récentes du ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, le décompte des jours et des heures avant la sortie d’usine algérienne des premières doses de vaccin anti-Covid a commencé. «Nous serons au rendez-vous à la rentrée prochaine. En septembre, nous serons prêts à produire un vaccin», avait affirmé en avril dernier le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed.

Par Siham Bounabi
Au début du mois de juillet 2021, Lotfi Benbahmed a refait la même déclaration. Il avait précisé que le groupe Saidal devrait produire à partir de ce mois de septembre 2,5 millions de doses de vaccins anti-Covid par mois, de type Spoutnik V (russe) et Sinovac (chinois). Lundi dernier, lors du Conseil des ministres extraordinaire, le chef de l’Etat avait une nouvelle fois abordé le dossier, mettant l’accent sur l’impératif d’accélérer d’industrialisation de l’antidote en collaboration avec les partenaires étrangers. M. Tebboune avait souligné le besoin pour le groupe Saidal, retenu comme acteur exclusif pour cette opération, d’opérer de façon à répondre à la demande nationale ainsi qu’à prétendre au «rôle de leader sur les marchés africains».
Avant le président Tebboune qui évoquait l’industrie pharmaceutique algérienne en général, le ministre Benbahmed avait indiqué que la capacité de production annoncée de 2, 5 millions de doses de vaccin Sputnik V et Sinovac serait revue à la hausse après la mise en service de l’une des huit autres unités de production équipées et homologuées en Algérie pour réaliser le procédé de répartition aseptique «fill & finish» adopté pour la production des vaccins. Toutefois, malgré son assurance quant au lancement de la production de ces deux types de vaccins durant ce mois de septembre, le ministre avait nuancé ses propos au sujet du vaccin russe, en avouant que «pour le vaccin russe Spoutnik V, Saidal devrait passer à la fabrication de la matière première, ce qui nécessitera plus de temps». Sans doute, aussi, une révision à la baisse du chiffre de production qu’il avait annoncé.
Ses déclarations ont été corroborés récemment par le Pr Kamel Senhadji, président de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), qui avait souligné qu’«effectivement, le vaccin Sinovac sera produit en Algérie au courant du mois de septembre», mais qu’il faudra attendre «probablement la fin de l’année pour le début de production du vaccin russe Spoutnik V, parce qu’il nécessite plus de moyens de production et des équipements particuliers». La PDG de Saidal Fatoum Akacem avait précisé que, contrairement à ce qui avait été annoncé au départ, «le vaccin Spoutnik V ne sera pas produit en full process dès le mois de septembre prochain, mais Saidal sera en mesure de réaliser, à cette échéance, l’étape de répartition qui est celle qui précède le conditionnement et qui constitue une partie importante du transfert de technologie».
Tout compte fait, le compte à rebours pour la sortie d’usine des premières doses de vaccin contre la Covid en Algérie est enclenché en ce début du mois de septembre.