Le patron du groupe public des hydrocarbures, Toufik Hakkar, a été reçu, hier, dans les deux complexes gaziers de Touat et de Reggane Nord, deux des principales pièces maitresses du puzzle gazier algérien.

Par Hakim Ould Mohamed
Les deux complexes ont fait l’objet ces dernières années d’importants investissements dans le but de rehausser les niveaux de production. L’objet de la visite portait d’ailleurs sur l’état de ces investissements et les objectifs de retour sur investissement escomptés par le groupe Sonatrach. Les mesures et les investissements consentis au niveau des deux complexes gaziers ont pour but de faire grimper les niveaux de production, ceux-ci ont observé des variations à la baisse ces dernières années, en raison de l’absence de nouvelles découvertes majeures dans le secteur des hydrocarbures et de la baisse des investissements dans l’amont pétrolier et gazier. Si les exportations de gaz naturel à destination des principaux clients européens de Sonatrach ont marqué d’importantes hausses au 1er trimestre de l’année en cours, c’est parce que les exportations à la même période de l’année dernière ont été en baisse, en raison des conséquences de la pandémie sur le marché gazier européens. Vers l’Italie, qui a représenté la première destination du gaz algérien durant le premier trimestre de l’année, les exportations algériennes de gaz ont été, en effet, en hausse, à 6,4 milliards de mètres cubes (m3), soit une progression de 109% par rapport à 2020. En revanche, le volume exporté à destination de la péninsule ibérique (Espagne et Portugal) était de l’ordre de 4,3 milliards de m3 au premier trimestre 2021, soit une progression de 122% par rapport à la même période de 2020. Cette comparaison n’est pas un indicateur fiable de l’état de santé de l’amont pétrolier et gazier algérien, puisque le marché européen de gaz était durement affecté par les conséquences du choc pandémique en 2020. L’enjeu de faire grimper la production reste ainsi entier pour Sonatrach qui doit faire face désormais à une demande interne en nette hausse et des engagements internationaux à honorer, dans le cadre des contrats de long terme de fourniture de gaz conclus avec ses principaux clients européens. Deux des projets devant contribuer à satisfaire cette double demande ont fait l’objet, hier, d’une visite du patron du groupe Sonatrach. Un des plus grands projets gaziers du pays, le complexe gazier «Touat» dans la wilaya d’Adrar verra sa capacité de production augmenter pour atteindre 12 millions de m3, en septembre prochain, ce qui représente sa capacité nominale de production, et ce, «grâce à une série de mesures prévues à cet effet». C’est ce qu’on peut lire en tout cas dans un communiqué rendu public, hier, par Sonatracn à l’issue de la visite effectuée par son Président directeur général dans les zones de production Sud-ouest du groupe. Sur place, il était question, essentiellement, de s’enquérir de l’état des deux grands complexes gaziers du pays, à Savoir «Touat» et «Reggane Nord». La visite effectuée à «Touat» et «Reggane Nord» revêt un caractère stratégique, puisque les deux complexes contribuent grandement à la couverture de la demande domestique en gaz naturel, mais aussi à répondre aux contrats de vente de gaz aux clients européens de Sonatrach. Dans son escale effectuée au complexe gazier de «Touat», le patron du groupe Sonatrach a écouté un exposé d’évaluation présenté par le directeur du complexe, Slimane Benmaazou sur les activités de l’usine et les mesures prévues pour atteindre la capacité nominale de production estimée à 12 millions de m3 par jour, en septembre prochain.
Le PDG de la compagnie publique des hydrocarbures s’est ensuite rendu au complexe gazier «Nord de Reggane» où il a écouté un exposé présenté par son directeur, Mohamed Mokhtari sur l’activité et la production de ce complexe (8 millions de m3/jour) et du programme d’investissement futur pour la préservation de la capacité de production de l’usine. <