La fusion MSP-Front du changement se concrétise sur le terrain à Annaba, où les militants des deux formations islamistes ont décidé de présenter une liste commune pour les législatives d’avril prochain. C’est donc en rangs serrés que ce parti islamiste recomposé compte affronter cette importante échéance électorale en pesant de tout son poids sur la scène politique locale.

Dans cette perspective, une réunion s’est tenue, vendredi passé, pour choisir parmi les prétendants une liste commune qui intègre les militants de l’ex-Front du changement qui compte «avancer ses pions» profitant de ces retrouvailles pour briguer un poste de député. Des noms circulent déjà concernant les candidatures qui se profilent et qui auraient la bénédiction des décideurs locaux. Il s’agirait d’un élu de la commune
d’Annaba, un membre de l’APW et une militante de l’ex-Front du changement. Une concession faite aux partisans de Menasra qui, de ce fait, entrent de plain-pied au MSP. Les candidatures restent ouvertes et des réunions se tiendront tout le long de cette semaine pour bien préparer la prochaine échéance en écoutant les avis des uns et des autres sur telle ou telle question. Cette rencontre entre responsables du désormais MSP unifié se propose d’arrêter une stratégie pour occuper le terrain bien avant la campagne électorale en implantant militants et sympathisants dans les quartiers populaires pour rallier à la cause du parti le plus de citoyens possibles et ainsi pour constituer une base électorale pour ratisser large et ainsi remporter le prochain scrutin. Du côté des islamistes d’El Adala et d’Ennahda, après la fusion annoncée, le bureau de wilaya ne désemplit pas et une activité inhabituelle est perceptible avec ce flux de militants au siège de ce parti qui a pignon sur rue en plein centre-ville à Annaba. Des réunions non-stop, des débats et des discussions entre militants, la hache de guerre ayant été enterrée par la grâce de l’homme à la calotte blanche qui a réussi à convaincre les plus farouches de ses opposants. Il faut dire que les islamistes, toutes formations confondues, tirant la leçon de ce qui se passe dans le monde arabe, l’actualité mondiale, ont pris conscience que l’heure est à l’unité et à l’unification des rangs et que tout se joue à l’intérieur de l’hémicycle qu’il faut à tout prix conquérir.
Les grosses cylindrées, en l’occurrence, le FLN et le RND, continuent à se complaire dans cette léthargie, se contentant juste d’ouvrir leurs sièges aux quelques rares militants qui passent de temps en temps. On attend toujours l’installation des commissions électorales qui auront la lourde tâche de choisir entre des centaines de candidats qui ne manqueront pas de présenter leurs dossiers pour briguer un mandat de député.