Par Nadir Kadi
Le jugement en appel de l’affaire du « pillage » du foncier de la wilaya de Skikda a abouti, hier, à la confirmation des peines prononcées en première instance. Les deux principaux accusés, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, se voient ainsi condamnés par la Cour d’Alger à des peines de sept et trois ans de prison ferme, accompagnées d’amendes d’un million de dinars chacun.
Le jugement, qui cite les complicités d’une vingtaine de personnes, a par ailleurs « durci » la peine prononcée contre l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports, Amar Ghoul, qui est aujourd’hui condamné à 4 ans de prison ferme au lieu de 3 ans ; l’accusé devra également s’acquitter d’une amende d’un million de dinars. Pour rappel, les principales charges retenues dans cette affaire de détournement d’assiette foncières ont été « abus de fonction », « octroi d’indus privilèges » et « dilapidation de deniers publics ».
Affaire qui met en avant les liens d’intérêt ayant existé entre le pouvoir politique, national et local, et des investisseurs dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie dans la wilaya de Skikda. Le jugement en appel a en ce sens confirmé la peine rendue en première instance à l’encontre de l’investisseur Ben Fassih Mohamed, qui avait été condamné à quatre ans de prison ferme et à une amende d’un million de dinars. Le fond du dossier, jugé en appel depuis le 14 mars dernier par les juges de la Cour d’Alger, se concentre sur les conditions suspectes d’affectation de terrains agricoles à des projets touristiques proposés par l’investisseur. La justice avait en ce sens évoqué des collusions entre hommes d’affaires et responsables politiques locaux et nationaux et a par ailleurs condamné, hier, plusieurs anciens walis et responsables politiques de la wilaya de Skikda. Ainsi l’ancien wali Mohamed Bouderbali a vu sa peine « durcie » à sept ans de prison en plus de l’obligation de verser deux millions de dinars d’amende. La même juridiction d’appel a également prononcé une peine de deux ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars à l’encontre des ex-walis de Skikda Fawzi Ben Hocine et Derfouf Hadjri. Par ailleurs, il est également à préciser que le procès en première instance, jugé au Tribunal de Sidi M’hamed, avait également cité les « complicités » de Ben Fassih Seifeddine, le fils de l’homme d’affaires, « bénéficiaire » d’assiettes foncières, Ben Fassih Mohamed, ainsi que l’ancien directeur des Domaines de la wilaya, Rachid Amara.