Par Nadir Kadi
Le procès en appel de l’homme d’affaires Issad Rebrab s’est ouvert hier à la Cour d’Alger et a été marqué, dans sa première journée, par le réquisitoire du Parquet. Ce dernier a demandé la confirmation de la peine de 18 mois de prison dont 6 mois fermes, en plus des 1,3 milliard de dinars d’amende, prononcée en première instance par le Tribunal de Sidi M’hamed.
Les charges retenues contre Issad Rebrab et son groupe Cevital étaient, pour rappel, concentrées sur la «surfacturation», le «transfert illicite de devises» et la «falsification de documents» dans le dossier EvCon Industry, l’une des filiales du Groupe Cevital. Quant au prononcé du verdict de la Cour, il aurait été fixé au 18 mai prochain selon les informations recueillies en marge de l’audience. L’homme d’affaires avait été jugé et condamné en décembre 2019 suite à son arrestation en avril 2019. Issad Rebrab, toutefois libéré après avoir passé huit mois en détention préventive, avait fait appel du verdict de Sidi M’hamed. Quant aux raisons qui auraient motivé hier la demande du Parquet de conserver le premier verdict, il a été précisé que le procureur et l’avocate du Trésor public sont «étonnés de la nouvelle expertise présentée aujourd’hui», ils auraient en effet estimés qu’«il n’y a pas d’arguments fondés et la conclusion est superficielle».