Le procureur général de la Cour d’Alger a requis, dimanche, le durcissement des peines contre les principaux accusés dans l’affaire de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, en tête desquels les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. Ces accusés sont poursuivis pour détournement de fonds publics, octroi d’indus avantages et passation de marchés en violation de la loi en vigueur. Le procureur général a requis le durcissement des peines contre les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal et les anciens ministres de l’Industrie et des Transports, respectivement Youcef Yousfi et Amar Ghoul, ainsi que l’homme d’affaires Tahkout Mahieddine, son fils Bilal et ses frères Nacer, Rachid et Hamid. Une peine de cinq ans de prison ferme assortie d’une amende de deux millions de dinars a été requise contre les accusés acquittés des chefs d’inculpation de détournement de fonds publics et octroi de privilèges à autrui. A rappeler que cette affaire a été ré-enrôlée à la Cour, après que la Cour suprême ait rejeté, en mai dernier, tous les pourvois en cassation introduits par les accusés et accepté celui du parquet général concernant les peines prononcées le 18 novembre 2020 par la Cour d’Alger à l’encontre de certains accusés. Les pourvois en cassation introduits par les parties civiles et l’agent judiciaire du Trésor public ont été acceptés en la forme et au fond. La Cour d’Alger avait condamné l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout à quatorze (14) ans de prison ferme et les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal à une peine de cinq (5) ans de prison ferme. Les anciens ministres Youcef Yousfi et Amar Ghoul ont écopé de dix-huit (18) mois de prison avec sursis et l’ancien ministre Abdelghani Zaâlane a été acquitté.