A fin 2019, le taux d’inflation en Algérie était de 2%. Une année après, à fin novembre 2020, il était à 2,3%, selon l’Office national des statistiques (ONS). Une poussée due essentiellement à la perte du pouvoir d’achat du dinar.
Mensuellement et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 1,6%, conséquence d’une baisse des prix des produits agricoles frais qui ont été caractérisés par une décroissance de 3,8%. En dehors de la hausse des prix de la pomme de terre (+9,2%) et des poissons (+3,8%), l’ensemble des produits relevant de la catégorie des produits agricoles frais a observé des baisses. Cette tendance baissière a touché les prix des fruits (-1,9%), les légumes (-15,7%), la viande de poulet (-9,9%) et les œufs (-2,3%), indique l’ONS.
Les prix des produits alimentaires industriels, eux, ont connu une hausse modérée de 0,6% durant le mois de novembre et par rapport au mois d’octobre 2020 traduisant un relèvement des prix de certains produits, essentiellement les pâtes alimentaires (+15,5%), le couscous (+7,8%) et les légumes secs (+6,3%). Les prix des produits manufacturés ont, également, enregistré un taux de+0,6%, alors que ceux des services se sont caractérisés par une évolution de +0,4%.
Par groupe de biens et de services, les prix du groupe divers ont connu une hausse de 2,0%, ceux du groupe « habillement et chaussures » ont enregistré une hausse de 0,7%, le reste des biens et services s’est caractérisé, soit par des variations modérés, soit par des stagnations, selon la même source.
Durant les onze premiers mois de l’année en cours, les prix à la consommation ont connu une hausse de 2,3%, malgré une baisse de 0,9% des prix des produits agricoles frais.
Les prix des biens alimentaires ont connu une stagnation durant les onze premiers mois 2020. Par ailleurs, l’Office a relevé que les prix des produits alimentaires industriels ont augmenté de 0,9%, des biens manufacturés de 5,3% et enfin les services de +1,7%.