L’élection pour la présidentielle de 2019 semble particulièrement marquée par une caractéristique qui n’était que relativement de mise en 2014. Les différents candidats, qui font au fur et à mesure leur déclaration d’intention, montrent un grand intérêt pour la présidentielle.
Ce scrutin, que certains disent joué d’avance, garde à l’évidence son attrait et son enchantement. Les annonces de candidatures des partis politiques ayant une base sociale semblent antinomiques avec les postures hésitantes d’avant l’annonce de la convocation du corps électoral. Contrairement aux mauvais augures exprimés par un certain nombre de partis politiques avant que le rendez-vous ne se précise, le vote pour la présidentielle semble irrémédiablement intéresser la société. Et la classe politique. Au travers des dizaines de candidatures qui s’expriment, la présidentielle confirme encore une fois que c’est bien l’élection la plus populaire. Les acteurs de la classe politique semblent irrémédiablement considérer ce grand rendez-vous comme crucial pour les années à venir. A juste titre, d’ailleurs, pour des prétentions qui trouveront matière à se construire une image positive dans la société particulièrement en attente du
« candidat qu’il faut ». Dans une
vie politique en perpétuelle configuration, ce scrutin sera considéré comme un virage important, voire décisif. Le poste de président continue à fasciner tant les personnalités politiques ancrées socialement que les simples candidats insolites. Cette présidentielle se fera, à n’en pas douter, avec le rôle particulier des nouveaux médias, à savoir les réseaux sociaux. Ces nouveaux moyens de s’informer seront sans nul doute utilisés par les candidats pour la présidentielle dans leur campagne. Les jours prochains seront irrémédiablement plus prolixes en événements avec, notamment, les ultimes positionnements des partis politiques et des candidats au poste suprême.