Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, a affirmé dimanche « . Lors d’une conférence de presse, consacrée à l’évaluation des résultats de la session extraordinaire de Majliss Echoura (Conseil consultatif) du MSP, le president du parti, Abderrazak Makri a indiqué que le mouvement « ne soutient aucun candidat et n’envisage pas de nouer des alliances, en l’absence de conditions d’une véritable concurrence », ajoutant que sa formation « est souveraine dans ses décisions et ne pourrait être récupérée par aucune partie ». « Le MSP œuvre à réaliser un consensus national qui sert l’intérêt du pays, loin des intérêts personnels », a-t-il observé. Il a souligné, en outre, que sa formation politique « respecte la décision d’un nombre important de citoyens qui veulent une élection présidentielle pour sortir de la situation actuelle », ajoutant que son parti est pour le principe de convoquer une présidentielle en ce sens qu' »elle constitue un impératif pour assurer la pérennité des institutions constitutionnelles et civiles et la sortie de crise, d’autant que la complexité de la situation économique exige un consensus national pour une réelle relance économique ». M. Makri a expliqué la non participation de sa formation à la prochaine échéance électorale, prévue le 12 décembre, « par l’absence de la concurrence et la non satisfaction de la revendication relative au départ du gouvernement actuel, en sus des failles émaillant l’arsenal juridique dans le volet inhérent au processus électoral.