Mohamed Mecherara, l’ancien président de la Ligue nationale de football, a indiqué qu’il n’était «pas intéressé » par la course à la présidence de la Fédération algérienne de football (FAF), dont les élections sont prévues le 20 mars prochain.

«La présidence de la FAF ne m’intéresse pas. J’estime que la situation actuelle que traverse le football algérien est très délicate», a déclaré Mecherara, invité d’une émission sportive de Dzair TV, confirmant au passage avoir été sollicité par « des présidents de Ligues régionales et de Wilaya» pour justement se porter candidat. L’actuel président de la FAF, Mohamed Raouraoua, ne s’est toujours pas prononcé au sujet de son éventuelle candidature, alors que son entourage écarte l’idée de le voir briguer un troisième mandat de rang. «Beaucoup d’erreurs ont été commises par la FAF, notamment dans le dossier du professionnalisme instauré depuis sept ans, mais qui est en train de connaître un cuisant échec. On a dévié de la feuille de route tracée avant le lancement de ce projet», a regretté Mecherara, qui avait, il y a quelques années démissionné de son poste de vice-président de la FAF. «La structure de base sur laquelle on devait s’appuyer pour promouvoir le professionnalisme en Algérie, à savoir la direction nationale de contrôle de gestion (DNCG), dont j’étais le président, a été gelée pour des raisons que j’ignore encore», a-t-il déploré.