La polémique suscitée par la présence de deux élus locaux du FFS à l’inauguration officielle d’établissements hôteliers, à Alger, n’a pas laissé la direction du parti sans réaction. Le parti du défunt Hocine Aït Ahmed a réagi face à ce qu’il qualifie de «campagne sans précédent» qui le ciblerait. «Ces derniers jours ont vu une autre campagne sans précédent sur les réseaux sociaux pour une fois de plus détourner le FFS de l’essentiel», écrit le parti, dans un communiqué signé de son premier secrétaire Hakim Belahcel. «Cette campagne d’une rare férocité s’est focalisée sur la présence de deux de nos élus lors de l’inauguration d’établissements hôteliers à Alger», déplore le FFS. Dénonçant une «campagne de dénigrement» qui vise à l’affaiblir durant cette période charnière, le FFS tient à signaler que «l’action et la présence de ces deux élus locaux n’engagent que leurs propres personnes». Le parti précise, par la même occasion, qu’il n’avait pas appelé au retrait de ses élus locaux et que l’appel au retrait de ses élus ne concernait que les parlementaires du FFS (députés et sénateurs). Relevant que la situation actuelle exige une vigilance sans faille, le plus vieux parti de l’opposition annonce que «ces deux élus seront officiellement interpellés par les instances habilitées du parti pour répondre de leurs actes».Le FFS, qui se dit « jaloux de sa crédibilité chèrement acquise dans la société et fidèle à ses valeurs et principes d’équité et de justice dans ses instances et dans son fonctionnement», promet qu’il «ne tolérera jamais ce genre de dépassement qui nuit à son image et à son patrimoine historique».N. B.