Le staff technique de la sélection algérienne de handball, dirigé par Sofiane Hiouani, effectue une course contre la montre afin de préparer le Sept national en vue de la 23e Coupe d’Afrique des nations CAN-2018 prévue du 17 au 27 janvier prochain au Gabon.

Les coéquipiers de Daoud Hichem (Istres/ France) devaient s’envoler hier pour Belgrade, en Serbie, pour effectuer un stage préparatoire ponctué par quatre matchs amicaux les 25, 26, 27 et 29 décembre contre des adversaires qui restent à désigner.

 

Par la suite, nos handballeurs prendront part à un tournoi à Doha, du 6 au 11 janvier 2018, avec la participation du Qatar (pays hôte), d’Oman de l’Iran avant d’entrer dans le vif du sujet de cette CAN 2018 de la petite balle. La mission des deux techniciens en charge de la sélection algérienne, à savoir Sofiane Hiouani et Zineddine Mohamed Seghir, nommés à 55 jours de la CAN-2018, s’annonce très difficile vu que la compétition s’approche à grands pas. La Fédération algérienne de handball (FAHB) a assigné au staff technique national l’objectif d’arracher une place sur le podium à la CAN 2018 pour décrocher une qualification au Mondial-2019.

 

La FAHB met le paquet
Pour aider le staff technique à mener sa mission dans de bonnes conditions, la FAHB a suspendu le championnat national jusqu’à la fin de la CAN-2018. Et ce pour permettre aux joueurs de bien préparer ce rendez-vous continental. Il est vrai que la mission des Verts, qui étaient mis en veilleuse depuis deux ans, s’annonce difficile au Gabon dans la mesure où ils ont hérité au premier tour de la Tunisie, du Cameroun, du Congo et du pays organisateur (poule A) alors que le groupe B est composé de l’Egypte (tenante du titre), du Maroc, de la RD Congo, de l’Angola et du Nigeria. «Nous allons affronter le Gabon chez lui, et en Afrique, les coulisses jouent un grand rôle. La Tunisie nous a battus par un écart de dix buts lors du tournoi des quatre nations de Tunis, et il sera difficile d’améliorer notre niveau en trois (03) semaines. Alors que le Cameroun est connu pour son gabarit physique et son jeu agressif, raison pour laquelle, on doit le battre en nous épargnant les blessures. Je pense que le président de la FAHB, doit fixer les objectifs de cette participation. Je pourrais établir un pronostic réel de nos chances au terme du 3e stage de préparation», a expliqué Hiouani. C’est donc aujourd’hui à l’issue de ce troisième stage que Hiouani aura une idée sur les chances des Verts. Mais, il n’a pas voulu livrer ses pronostics pour le moment, attendant certainement la réaction de ses joueurs surtout lors de ce stage en Serbie. «Nous avons besoin de disputer le maximum de tests pour aborder la CAN-2018 en possession de tous nos moyens. Nos chances au Gabon ?
Je reste bien évidemment optimiste quant à notre possibilité de réaliser un bon tournoi. J’ai confiance en mes joueurs même si la mission reste difficile», a-t-il confié la veille du départ des Verts vers la Serbie.

 

Kâbache forfait
Du côté de l’effectif des Verts, le coach national a confirmé le forfait pour blessure du pivot Hicham Kaâbache (Nîmes/ France) alors que Daoud Hichem et Abdelkader Rahim rejoindront le groupe en Serbie. «Les deux éléments évoluant à l’étranger Daoud Hichem (Istres/ France) et Rahim Abdelkader (Dunkerque/France) vont nous rejoindre directement en Serbie», a-t-il expliqué. Le coach du Sept national n’a pas du tout écarté la possibilité de faire appel au portier du GS Pétroliers Abdelmalek Slahdji qui avait pris sa retraite puisque, selon Hiouani, «il s’est dit disposé à nous rejoindre même s’il a brillé par son absence lors de ce troisième stage». Concernant les objectifs du stage qui va débuter en Serbie, le sociétaire du GSP Messaoud Berkous a insisté sur «la nécessité de rattraper le retard en matière de préparation pour être prêts le jour de la compétition». Avant d’ajouter que «les matchs amicaux que nous allons livrer en Serbie vont nous permettre de jauger nos qualités et les lacunes à corriger».

 

Le ministre a décrié une tentative de déstabilisation
Au moment où la sélection algérienne est en pleine préparation, neuf membres du Bureau exécutif de la FAHB avaient adressé un courrier au premier responsable de la fédération, dans lequel ils ont dénoncé de «graves dérives» relatives à la gestion de l’instance fédérale. «Mis à part une réunion de prise de contact et de répartition des postes de manières informelle, aucun procès-verbal de délibération n’a été dressé ni signé par les membres (…) Aucune session statutaire n’a été convoquée», lit-on dans la lettre adressée à Habib Labane.
Les membres contestataires ont soulevé «l’absentéisme» fréquent du président de la FAHB, tout en regrettant ses décisions prises de manière unilatérale. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali s’est exprimé sur le sujet en annonçant le «rejet total» de toute tentative de déstabilisation de la Fédération algérienne de handball (FAHB) et de la sélection nationale à quelques jours du début du Championnat d’Afrique des nations de handball 2018 au Gabon. Il a aussi souligné la nécessité de conjuguer les efforts, de faire preuve de sagesse et de soutenir la formation nationale. Le ministre a indiqué, en outre, que «le président de la Fédération est présent parmi nous et il supervise les préparatifs de l’équipe nationale. J’appelle tous les membres du bureau fédéral à coopérer et à conjuguer leurs efforts en vue d’assurer la stabilité au sein de la Fédération et d’encourager les membres de l’équipe lors du rendez-vous africain au Gabon. Et de ce fait, nous n’avons pas le droit à l’erreur». Il a enfin tenu à indiquer que son département ministériel tend à assurer tous les moyens aux coéquipiers de Messaoud Berkous pour honorer l’emblème national, promettant à ces derniers de «leur accorder des primes en cas de résultats positifs et de qualification au Mondial».