Voilà un derby qui n’intervenait pas forcément au bon moment pour Manchester United. Battus à Leicester (4-2), étrillés à domicile contre Liverpool (5-0) et secoués durant leur double confrontation contre l’Atalanta (3-2 et 2-2), les Red Devils retrouvaient Old Trafford en Premier League à l’occasion de la réception de Manchester City hier.
Ils pouvaient aussi se dire que la belle victoire acquise contre Tottenham (3-0) le week-end dernier leur servirait de détonateur. Mais lorsque le coup d’envoi fut donné à 13h30 par M. Oliver, les hommes de Pep Guardiola apparaissaient forcément comme les grands favoris, d’autant que MU se présentait sans Cavani, Pogba et Varane.
Les craintes étaient rapidement justifiées. Le 3-5-2 élu par Solskjaer prenait très rapidement l’eau sous la pluie fine de Manchester. Wan Bissaka et Bailly concentraient notamment d’énormes fautes de placement dont profitaient les Cityzens. Gündogan ne pouvait reprendre convenablement ce centre de Walker mais dans la continuité de l’action, Bailly se déchirait complètement sur ce centre, venu de Cancelo cette fois, pour expédier le ballon dans son propre but (0-1, 7e). L’après-midi débutait mal pour les Red Devils, déjà mis en difficultés. Devant, Ronaldo semblait isolé, tandis que Greenwood, son principal soutien, s’efforçait surtout à boucher le couloir gauche.

United n’a pas existé
Le Portugais se signalait tout de même d’une belle volée repoussée par Ederson (26e). Un répit de courte durée. La tempête «blue» reprenait de plus belle avec pour seul parapluie, David de Gea. Si Shaw contrait cette tentative de De Bruyne, le gardien espagnol effectuait un miracle devant Gabriel Jesus (28e), avant de sauver à nouveau les siens face à Cancelo (29e, 35e), Lindelöf contre son camp (33e) et De Bruyne (34e). Souvent critiqué, De Gea jouait cette fois le rôle de bouée de sauvetage mais lui aussi finissait par perdre son étanchéité. Sur un énième renversement de jeu, Cancelo retrouvait à l’opposée Bernardo Silva, parti dans le dos de Shaw, qui jetait le cuir dans un trou de souri et doublait la mise (0-2, 45e).
Le changement de système en seconde période avec l’entrée de Sancho pour Bailly n’apportait rien de significatif. Les Cityzens dominaient toujours autant leur sujet, les franches opportunités en moins. Il manquait toujours la précision ou le contrôle adéquat dans la zone dangereuse pour permettre aux actions de se conclure. De Bruyne d’une volée ratée (76e), Foden d’une frappe croisée hors cadre (81e) et Stones d’un tir en pivot un bon mètre à côté en savent quelque chose. Les entrants Rashford, Telles et Van de Beek eux ne jouaient que les figurants d’un film dont on connaissait déjà la fin. Cette nouvelle démonstration de Manchester City contre un United navrant lui offre la 2e place et peut-être bien le scalp de Solskjaer…