Le retour de Leeds en Premier League seize ans après et le feu d’artifice offensif d’Anfield Road (4-3 pour Liverpool) ont quasiment fait oublier qu’il n’y avait personne en tribunes. Les médias anglais ont adoré. À commencer par le Guardian qui s’enflamme, sous la plume de son blogueur Barney Ronay : «L’intrépide Marcelo Bielsa transforme Anfield en un paysage de rêve délirant».
Il savoure notamment une première demi-heure «majestueuse qui a enfreint toutes les règles du football tel que nous le connaissons. C’était franchement un football dingue». Bien entendu en grande partie grâce à Marcelo Bielsa pour son baptême en Premier League : «Un idéologue, un fanatique accroupi, offrant une masterclass de sa propre vision du mouvement et du jeu en équipe.»
«L’équipe intrépide de Bielsa»
Le Telegraph aussi est sous le charme du technicien argentin : «Bielsa pourrait être déjà à la retraite. Au lieu de cela, il élabore un style et un système qui peuvent bouleverser même les équipes anglaises les plus dominantes». Bien sûr, il y a eu ce triplé de Mo Salah et la défaite, mais au terme «d’un match magnifique, après avoir la plupart du temps, pris Liverpool à son propre jeu».
Si la BBC a aimé ce «retour spectaculaire» de Leeds, «l’équipe intrépide de Marcelo Bielsa», elle n’oublie pas de rappeler que ce match a vu également «quatre buts refusés», le Times saluant la performance de Salah resté «calme au milieu du chaos pour éviter le rouge de honte à Liverpool». Le Daily Star est tout autant sous le charme : «Leeds produit une performance de dingue à Liverpool» avant de préciser : «Leeds devait ouvrir sa saison en Premier League avec un match presque aussi dingue que le manager qui l’a conduit là».
Le Sun pour sa part en a profité pour convoquer l’histoire et ce 4-3 du 4 novembre 2000 entre les deux mêmes équipes. Mais il y a vingt ans, le quadruplé de Mark Viduka à Elland Road avait coulé les Reds. «Cette fois, la fin est différente et le héros du hat-trick Mo Salah a eu le dernier mot dans un match qui restera un classique». Le tabloïd rappelant que c’est «le dernier successeur de Viduka», Rodrigo, qui a fait basculer le match en provoquant le penalty et le quatrième but de Liverpool.