Le football va-t-il se calmer avec la crise sanitaire et économique qui le frappe ? Selon José Mourinho, on ne devrait pas revoir certaines sommes lors du prochain mercato estival. «C’est normal qu’il y ait un marché différent. Je ne vois pas le monde, et surtout le monde du football, prêt à mettre les montants fous auxquels on est habitué et à faire les investissements fous que parfois certains clubs et certains championnats ont l’habitude de faire», a-t-il déclaré à Sky Sports. La Portugais de 57 ans s’attend en tout cas à ce que les Spurs soient raisonnables, après avoir battu leur record l’été dernier avec le transfert du Français Tanguy Ndombele pour 60,5 millions d’euros. «Je voudrais que mon club soit ce que je sais qu’il sera : sensé, équilibré, qui ne dépensera pas des monceaux d’argent, et nous essayons de nous adapter à la situation, pas seulement dans le foot mais dans le monde et la société en général», a expliqué le «Special One».

«C’est dur de voir d’autres pays jouer alors que nous…»
Toutefois une incertitude pèse sur les dates du mercato. «Ma première question est : «quand la fenêtre des transferts sera-t-elle fixée ?». Parce que je ne pense pas que ça puisse encore être juillet-août, il faudra manifestement qu’elle aille au-delà de ça», a jugé Mourinho. Le coach de Tottenham a également admis que son impatience de reprendre grandissait, alors que la Bundesliga a repris et que la Liga ne devrait pas tarder à lui emboîter le pas. La Premier League, elle, doit encore autoriser les entraînements avant contact, avant de fixer un calendrier pour disputer les 92 matches restants dans la saison. «Honnêtement, depuis que la Bundesliga a repris et que les championnats portugais et espagnols ont annoncé des dates de reprise, je pense que c’est le moment le plus difficile pour nous parce que nous voulons jouer», a-t-il assuré. «C’est dur de voir d’autres pays jouer alors que nous, nous ne pouvons pas». n