Manchester City veut du sang neuf. Cet été, les pensionnaires de l’Etihad Stadium comptent encore faire quelques folies sur le mercato. Le club mancunien a offert 116 M€ pour déloger Jack Grealish d’Aston Villa. Et c’est exactement la même somme qui a été proposée il y a 8 jours à Tottenham pour lâcher Harry Kane. Prêts à faire de gros investissements, les Citizens, qui veulent se renforcer en attaque après le départ de Sergio Agüero, doivent gérer le dossier Raheem Sterling.
Sterling sacrifié ?
Un élément dont l’avenir se joue en coulisses. Le 29 mai dernier, jour de la finale de la Ligue des Champions perdue face à Chelsea, la presse anglaise révélait que l’Anglais avait été placé sur la liste des transferts avec Riyad Mahrez. Mais pour l’Algérien, très apprécié par Pep Guardiola, la porte ne s’ouvrirait qu’en cas de belle offre. En revanche, Sterling était identifié comme un joueur à sacrifier. Sacrifier, car l’argent récupéré avec son transfert faciliterait d’autres opérations.
Une tendance qui s’est confirmée à la mi-juin. Mundo Deportivo a expliqué que l’entraîneur de City avait transmis à Joan Laporta, le président du Barça, une liste de sept joueurs sur lesquels il ne comptait plus. Outre João Cancelo ou Bernardo Silva, Raheem Sterling a aussi été mentionné. Une position surprenante de la part des Skyblues puisque peu avant, à la fin du mois de mai, les discussions autour d’une prolongation de contrat de l’ancien joueur de Liverpool se poursuivaient selon le Telegraph.
Le double jeu de City ne passe pas
Lié à Manchester City jusqu’en 2023, le natif de Kingston était même ouvert à l’idée de rempiler.
Ce, alors qu’il sort d’une saison frustrante personnellement puisqu’il a été moins utilisé par les Mancuniens (49 matches toutes compétitions confondues dont 41 en tant que titulaire, 14 buts et 10 assists). Mais d’après les derniers échos venant d’Angleterre, Sterling a changé de position. Tout a commencé quand son club a souhaité l’inclure comme monnaie d’échange dans l’opération Kane. Ce que le footballeur de 26 ans refuse catégoriquement. Le Daily Mirror ajoutait hier qu’il est très en colère contre son club, qui pratique un double jeu assez déroutant. D’un côté, City discute prolongation et de l’autre l’écurie britannique le sacrifie. C’est ainsi que Raheem Sterling, concentré sur l’Euro (2 buts), a décidé de freiner les discussions pour prolonger. Une situation que plusieurs clubs (Arsenal, Real Madrid) suivent de près. Et avec les Spurs qui ferment la porte pour Harry Kane, les «Skyblues» pourraient bien se brûler les ailes et perdre sur tous les tableaux. <