À la tête du groupe d’investisseurs qui va racheter le club londonien de Chelsea pour près de 5 milliards d’euros, Todd Boehly dispose d’une solide expérience dans le sport américain. L’entrepreneur de 46 ans a relancé l’équipe de baseball des Dodgers de Los Angeles (MLB) depuis 2012, et également investi dans les Lakers de LeBron James (NBA).
Et de dix ! Le rachat imminent de Chelsea va porter à dix le nombre de clubs de Premier League détenus majoritairement ou partiellement par des Américains. Poussé vers la sortie depuis le début de la guerre en Ukraine, l’oligarque russe Roman Abramovich va céder son bébé pour la somme record de 4,97 milliards d’euros. La vente au consortium américain mené par Todd Boehly devrait être officielle d’ici à la fin du mois. Américain d’origine allemande, Todd Boehly a grandi en Virginie. Il étudie à la London School of Economics (LSE) avant de travailler respectivement pour Citibank puis le Crédit Suisse à Boston. Il rejoint ensuite la banque d’investissement Guggenheim Partners en 2001, dont il deviendra le PDG. Il a fondé sa propre firme depuis 2015, Eldridge Industries, qui détient des parts dans plus de 80 entreprises du monde du sport, des médias, des nouvelles technologies et de l’immobilier. Sa fortune personnelle est estimée à 4,2 milliards d’euros.

IL A RACHETÉ LES DODGERS À FRANK MCCOURT
Boehly a acquis une réputation nationale aux États-Unis depuis 2012 et le rachat de la franchise historique de baseball de Los Angeles, les Dodgers (MLB). Son ancien propriétaire, un certain Frank McCourt (président de l’Olympique de Marseille), avait laissé un très mauvais souvenir aux fans du club entre 2004 et 2012, accumulant les pertes financières et les mauvais résultats. Boehly entre alors en scène, en participant à hauteur de 20% au rachat des Dodgers dans un groupe d’investisseurs qui compte également l’ancienne gloire des Lakers Magic Johnson. En dix ans à la tête des Dodgers, les nouveaux propriétaires vont ramener l’équipe sur le devant de la scène avec neuf participations aux play-offs et surtout une victoire en World Series en 2020, la première depuis 1988. Il faut dire que Boehly & Co n’ont pas lésiné sur les moyens depuis leur arrivée, dépensant des sommes faramineuses pour attirer les meilleurs joueurs. La masse salariale de l’équipe atteignait les 270 millions d’euros l’année dernière, le plus haut total dans la ligue. Les propriétaires ont également injecté 95 millions de dollars en 2020 pour rénover le stade, le Dodger Stadium.

DÉTERMINÉ À INVESTIR DANS LE FOOT
Sur le papier, la gestion des Dodgers est un succès puisqu’au-delà des résultats sportifs, le club a triplé ses revenus en 2021 pour atteindre 534 millions d’euros. La valeur de la franchise a elle aussi augmenté depuis le rachat en 2012, passant de 1,9 à 3,2 milliards d’euros aujourd’hui. Quel est le problème alors ? Le fait que l’argent investit par Boehly ne lui appartient pas. L’homme d’affaires aurait contracté près d’un milliard d’euros de prêt pour acquérir les Dodgers, une somme qu’il rembourse chaque année grâce aux résultats du club. Une façon de faire dangereuse et critiquée par les observateurs aux États-Unis. Todd Boehly est décidément très connecté avec Los Angeles puisque le quadragénaire et un associé à lui ont récupéré 27% des Lakers (NBA) en juillet 2021 pour la somme de 1,17 milliard d’euros. Boehly détient également des parts dans l’équipe de basket féminine de la ville, les Sparks (WNBA). Déterminé à diversifier son portefeuille en investissant dans le football, l’entrepreneur américain avait déjà essayé de racheter Chelsea puis Tottenham en 2019. Plus récemment, il a tenté de récupérer le Washington Spirit, nouvelle franchise de football féminin aux US (NWSL), avant de retirer son offre. n