Arsenal a parfaitement maîtrisé Chelsea dans le derby londonien (3-1) samedi. Un large succès qui redonne un petit peu de crédit à Mikel Arteta, en grande difficulté avant d’aborder le Boxing Day. Et qui offre au tacticien espagnol des pistes pour permettre aux Gunners de redresser la barre en 2021. Sept journées que les Gunners attendaient cela. Avant le Boxing Day, le dernier succès d’Arsenal en Premier League remontait au 1er novembre dernier, à Old Trafford face à Manchester United (0-1). Mais samedi, sur leur pelouse, les hommes de Mikel Arteta ont mis fin à cette terrible série de la meilleure des manières, en sortant vainqueur du derby londonien face à Chelsea (3-1).

CETTE FOIS-CI, LES CHOIX ONT PAYÉ
Et c’est une immense bouffée d’oxygène pour le coach des Gunners. Cette victoire lui redonne un petit peu de crédit alors que les récentes prestations de ses hommes étaient justement critiquées. Mais samedi, les choix de l’Espagnol se sont avérés payants, tant Arsenal a maîtrisé son rival londonien dans tous les compartiments du jeu.
En première mi-temps, le plan de jeu de Mikel Arteta a parfaitement fonctionné. «Dans le bus, j’ai ressenti cette énergie et à quel point ils voulaient gagner. Je leur ai dit de saisir cette opportunité maintenant», a même confié le tacticien après la rencontre. Plutôt solides derrière, Mari et consorts ont annihilé les timides offensives des attaquants de Chelsea. Offensivement, les Gunners ont insisté sur les côtés pour exploiter les lacunes des Blues, et le jeu a longtemps penché du côté gauche occupé par Kieran Tierney. C’est d’ailleurs l’Ecossais qui, en provoquant une énième fois Reece James, a obtenu un penalty transformé par Alexandre Lacazette à la 34e minute.
Pour bien conclure une première mi-temps plus qu’encourageante, Granit Xhaka a doublé la mise grâce à un somptueux coup-franc. Une aubaine pour Arteta, qui voit l’un de ses cadres, vivement critiqué ces dernières semaines, faire le plein de confiance. «Il fait des erreurs, comme tout le monde, mais il n’y a aucun doute sur son investissement, sa mentalité et à quel point il veut jouer pour l’équipe,» a commenté l’Espagnol à propos de son milieu de terrain. Bien dans leurs têtes, les Gunners ont entamé la deuxième mi-temps comme ils ont terminé la première, et ont pris le large dès la 56e minute sur une belle inspiration de Bukayo Saka.

ET MAINTENANT, S’EN INSPIRER POUR ENCHAÎNER
L’un des motifs d’espoir pour Arteta réside dans la capacité qu’ont eue ses hommes à rester sereins pendant plus de 80 minutes. Les Gunners auraient même pu définitivement tuer le match à plusieurs reprises, mais ont buté sur Edouard Mendy ou les montants. Même si, en toute fin de rencontre, Arsenal a failli être rattrapé par ses démons. La réduction du score de Tammy Abraham à la 85e minute a fait reculer le bloc d’Arsenal. Moins sereins, les Gunners ont concédé un penalty, bien arrêté par Leno. Encore un motif de satisfaction pour Arteta, qui voit son portier sauver les siens, alors que leur fébrilité défensive était pointée du doigt depuis le début de la saison.
Grâce à ce succès, Arteta se donne un peu d’air. Et va pouvoir tirer des enseignements de ce succès pour la suite. Dans l’état d’esprit, l’intention, le défi physique et le jeu proposé, les Gunners ont livré une prestation d’une équipe qui se bat pour l’Europe. Pas d’une équipe qui, à la mi-saison, pointe à la 14e place. Le plus dur reste à venir pour Arsenal, qui va devoir enchaîner. Mais Lacazette et sa troupe ont prouvé qu’ils en avaient les capacités.