C’est avec un sentiment de joie et de prudence que la population de Tizi Ouzou a accueilli la décision des pouvoirs publics de lever totalement le confinement à domicile.
Même si la vie a quelque peu repris ses droits, il y a plusieurs jours, en raison du confinement aménagé, la levée totale et définitive de l’assignation à domicile qui vient d’entrer en vigueur, le 14 juin, a été ressentie comme une libération. A commencer par les citoyens qui ne sont plus soumis à l’obligation du respect draconien des horaires de sortie et d’entrée dans leur domicile. Mais les premiers bénéficiaires de cette nouvelle donne, ce sont surtout les commerçants, dont l’activité vient d’être officiellement libérée après plus de trois mois d’arrêt. Une reprise salutaire pour les commerçants dont beaucoup sont montés au créneau, il y a quelques jours, tirant la sonnette d’alarme sur leur situation socio-professionnelle qu’ils ont qualifiée d’intenable.
Pour officielle qu’elle soit, la fin du confinement obligatoire à domicile n’a pas été accompagnée du respect des mesures sanitaires qui ont été édictées par les pouvoirs publics. Une faille dans un dispositif qui n’est pas sans entraîner des risques pour une situation épidémiologique qui n’est pas totalement stabilisée. Dans les rues comme dans les marchés, les supérettes et les commerces, le respect des mesures barrières sont loin d’être la règle pour beaucoup de personnes. Seules les institutions et administrations qui reçoivent du public s’astreignent à imposer aux usagers l’obligation du respect des mesures sanitaires.