Le critique de cinéma Abdelkrim Kadri prendra part à la première édition du Festival de Charm el-Cheikh (Egypte) du cinéma arabe et européen, qui se tiendra du 5 au 11 mars prochain.

Sa participation consiste en l’animation d’une table ronde qui réunira un groupe de critiques de cinéma autour de son livre «Djadaliyat el lougha ou semiologia cinéma» (dialectique de la langue et sémiologie du cinéma», une étude parue en novembre 2016 aux éditions italienne El Moutawasset (Milan, Italie). Dans son ouvrage, le critique a analysé et étudié la théorie de «la langue de la poésie cinématographique» de Pier Paolo Pasolini, et ce, en travaillant sur ses reflets et ses influences. Abdelkrim Kadri s’est appuyé pour cela sur la science des signes et des images, la sémiologie afin d’étudier les différents aspects de la langue dans le cinéma, pour mieux appréhender la théorie du cinéma poétique ou de la poétique cinématographique. L’auteur a également proposé une analyse du film «Un chien andalou» de Luis Buñuel, tout en s’appuyant sur des exemples de cas pratiques de la théorie de Pasolini à travers les expériences de Jean-Luc Godard, Michelangelo Antonioni et Bernardo Bertolucci. 

Quant au Festival, les détails seront révélés demain jeudi au cours d’une conférence de presse des organisateurs. Organisé par l’Institut Noun pour la culture et les arts», le Festival de Charm el-Cheikh du cinéma arabe et européen est présidé par le journaliste Gamal Zaida, a pour invité d’honneur la comédienne égyptienne Nabila Obeid, qui sera honorée au cours de la manifestation.R. C.