La coopération entre Sonatrach et ses partenaires étrangers fait son premier pas sous l’ère de la nouvelle sur les hydrocarbures.

Par Feriel Nourine
Hier, la compagnie nationale des hydrocarbures a encore renforcé sa coopération avec l’italien Eni en signant avec lui un nouveau contrat portant Exploration-Production dans la zone du Bassin de Berkine, en plus d’un accord stratégique dans le domaine de la transition énergétique, a-t-elle indiqué dans un communiqué de presse.
Ces accords ont été signés par le Pdg de Sonatrach, Toufik Hakkar, et le CEO d’Eni, Claudio Descalzi, en présence du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab et de l’ambassadeur d’Italie à Alger, Giovanni Pugliese.
Les deux opérations actionnent ainsi les mesures et les mécanismes induites par le nouveau texte venu récemment régir le secteur névralgique des hydrocarbures en lui insufflant un cadre institutionnel révisé de sorte à lui «assurer plus d’attractivité et épargner les ressources financières de Sonatrach en matière de d’investissement», selon les initiateurs des amendements apportés à l’ancienne loi.
D’un montant d’investissement de 1,4 milliards de dollars, le contrat Exploration-Production concerne le partage de production dans les hydrocarbures entre le groupe énergétique national et son partenaire historique. Une première du genre pour Sonatrach, devenue donc possible par la nouvelle loi sur les hydrocarbures et son cadre institutionnel qui, justement, a introduit ce type de contrat, en plus d’un contrat de participation et un troisième relatif aux services à risques.
En ce sens, le partage de la production entre les deux partenaires signataires du contrat d’hier concernera une superficie totale de 7880 km2 dans la partie Sud du bassin de Berkine où Sonatrach et Eni opèrent depuis 2013, fait savoir Sontrach.
Quant au plan de développement du projet Berkine Sud, il prévoit la réalisation de travaux d’exploration et de développement en mode «Fast Track», afin de réduire les délais nécessaires pour la production et la commercialisation, et ce, en synergie avec les installations existantes au niveau des champs de Menzel Ledjmet et également par le recours aux filiales de Sonatrach pour la réalisation des travaux dans le cadre de la promotion du contenu local, ajoute la même source, précisant que «le montant des investissements est estimé à 1,4 milliard USD, pour une production de 45 000 barils / Jour équivalent pétrole (BEP)».
Cet accord «constitue un jalon supplémentaire qui vient renforcer la traditionnelle relation qui lie les deux partenaires», se réjouit-on, par ailleurs, au sein de la compagnie nationale.
S’agissant de l’accord stratégique pour la coopération dans le secteur de la transition énergétique, il vise à «renforcer la coopération déjà en place dans le domaine technologique et de poursuivre les efforts pour réduire l’empreinte carbone», explique la même source. Il porte sur le développement commun des énergies renouvelables et nouvelles, particulièrement les axes de la production de l’énergie solaire, la prospection du Lithium, la production des bio-carburants et la production de l’Hydrogène (vert et bleu).
«L’accord signé marque une nouvelle étape qui s’inscrit en droite ligne avec la consolidation du partenariat Sonatrach-Eni pour le développement durable et pour relever le défi de la transition énergétique», lit-on encore dans le communiqué de Sonatrach.
Ainsi donc, la nouvelle loi sur les hydrocarbures est mise en branle sur le terrain depuis hier, à la faveur de l’accord de partage de la production signé entre les deux partenaires algérien et italien. Un événement qui ouvre donc la voie à un nouveau cadre constitutionnel dans le secteur des hydrocarbures, deux années après son approbation par le parlement en novembre 2019, puis sa publication sur le Journal officiel en janvier 2020.
Il a a fallu, en effet, patienter longtemps, jusqu’à juin dernier, pour voir le gouvernement de l’ex-Premier ministre Abdelaziz Djerad parachever l’examen de tous les décrets exécutifs nécessaires pour l’activation de la loi sur les hydrocarbures.
C’est désormais de nouvelles perspectives de partenariat pour Sonatrach. <