Le transport reste l’un des secteurs le plus durement frappé par la pandémie de covid qui touche le monde entier. Les transporteurs se sont retrouvés du jour au lendemain face à une situation kafkaïenne et certains se sont vu contraindre à abandonner un métier brutalement bouleversé et dont l’avenir est mis entre parenthèse. La reprise progressive de ce secteur qui concerne directement toute la société reste le véritable indice du retour « à la normale » après des mois de paralysie. Il est évident que les mesures complémentaires de la deuxième phase de la feuille de route de sortie progressive du confinement, exigées par les autorités, sont dans l’intérêt de la santé du citoyen. Et le transport ne saurait éviter ces règles de précaution devenues aujourd’hui inévitables. Les mesures préventives prises en perspective de la reprise des activités après le déconfinement à l’instar des bus de l’Etusa sont à la mesure de la menace sanitaire toujours d’actualité. Désinfection des bus avant leur départ du garage, isolement du chauffeur des voyageurs, obligation du port des masques, limitation du nombre de voyageurs à 50% des capacités des bus et accès des clients par la porte centrale tout en respectant la distanciation physique entre eux. Une exigence de discipline qui fait rêver pour peu que les transporteurs daignent jouer le jeu et donner la priorité à la sécurité sanitaire du plus grand nombre. Il s’agit également de la désinfection des bus avant leur départ ainsi que la mise en place de lignes indiquant la distance de distanciation sociale. Les campagnes de sensibilisation et la distribution de dépliants au profit des voyageurs les incitant à respecter les mesures sanitaires apportant un surplus de civisme. Il est évident que ces mesures de sécurité seront les bienvenues pour un secteur qui s’était caractérisé par un désordre que la tutelle ne pouvait résorber face à la pression du quotidien. Aujourd’hui, la pandémie pourrait constituer paradoxalement une occasion pour remettre de l’ordre et offrir à l’usager un environnement à la mesure de ses espoirs.