«L’Algérie est en train de subir la deuxième vague de la propagation de la Covid-19, dont le nombre de contagion est en constante augmentation et à une vitesse inattendue» a déclaré, hier, le directeur générale de l’Institut Pasteur les professeurs, Fawzi Derrar, sur les ondes de la radio nationale.

Face à cette nouvelle donnée de l’aggravation de la crise sanitaire, le Pr Fawzi Derrar lance un appel à redoubler de vigilance en exhortant les citoyens à «prendre en compte toutes les mesures barrières et d’éviter les rassemblements. Ce qui permettrait de briser la chaîne de transmission du coronavirus qui s’est largement répandu dans les grandes villes et avec l’approche de la saison hivernale, le climat sera encore plus propice à sa propagation».
Parmi les actions prévues pour tenter d’endiguer la propagation de la contagion à la Covid-19, le DG de l’Institut Pasteur a annoncé la multiplication des tests de dépistages dès les prochains jours, ce qui permettrait de diagnostiquer rapidement les malades Covid afin de limiter les risques de clusters.
Il a souligné aussi qu’il existe un nouveau modèle de tests de la PCR plus efficace pour la détection de la Covid-19 et l’Algérie recevra 10.000 unités dans les prochains jours.
Ce renforcement de tests de dépistage permettra d’identifier le maximum de personnes contaminées surtout les porteurs d’une forte charge virale et donc avec un indice de contagion élevé afin de les mettre rapidement en quarantaine et ainsi éviter la transmission du coronavirus à grande échelle.
Concernant les capacités actuelles de dépistage de l’Institut Pasteur, le premier responsable de cet institut a déclaré que «nous effectuons en moyenne 1200 et 1300 tests PCR par jour. Parfois moins, surtout en fin de semaine».
Le Pr Fawzi Derrar a aussi tenu a souligné qu’actuellement les tests de dépistages par scanner sont actuellement inefficaces pour diagnostiquer la contamination à la Covid-19. Expliquant qu’en période hivernale, le diagnostic par scanner donne les mêmes résultats que celui effectué pour d’autres maladies hivernales et autres types de virus qui circulent activement lors de cette saison. Par ailleurs, s’agissant du vaccin contre la grippe saisonnière, Derrar a encore une fois tenu à réaffirmer que cette vaccination n’est pas efficace contre le Coronavirus et ne protège pas contre les contaminations ou les infections à la Covid-19.
Il a rappelé que la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a été lancée le 3 novembre dernier et se poursuit actuellement sur tout le territoire. Il reconnaît toutefois que pour cette année, la campagne de vaccination connaît un léger retard, notamment à cause de la fermeture des aéroports. Mais, il annonce que dès «le début de cette semaine, les choses vont s’améliorer et le vaccin sera disponible en quantité suffisante au niveau des pharmacies», expliquant que «jusqu’à présent, un million de doses ont été reçues et distribuées aux pharmaciens, et d’ici la fin de la semaine, la quantité augmentera et nous répondrons à toutes les demandes.» <