Les pouvoirs publics prennent les devants pour mieux maîtriser la pénurie de semoule. C’est ainsi, qu’hier, le ministère de l’Industrie et des Mines a instruit le Groupe agro-industries Agrodiv de procéder à la vente directe et indirecte de la semoule aux consommateurs à travers tous ses points de vente, dans des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg.

Dans un communiqué, rendu public hier, il est expliqué que « dans le cadre des mesures prises par le secteur industriel pour assurer une meilleure production et distribution des produits de large consommation, dans cette période de crise, le ministère a adressé au Groupe agro-industries Agrodiv une série d’instructions afin de garantir un approvisionnement continu de la population, notamment en semoule ».
C’est qu’aux yeux du ministère, l’ouverture de tous les points de vente dépendant de ce groupe public, à travers toutes les wilayas, en ordonnant « la vente directe et indirecte aux consommateurs », est la solution idoine à la crise et à la pénurie de semoule. Il faut dire que ces mesures interviennent en réponse à un déficit et un manque d’approvisionnement en semoule (blé dur) et en farine (blé tendre), en raison de la grande affluence des citoyens, enregistrée ces derniers jours, sur ces deux produits, au moment où les services de plusieurs ministères (Industrie, Agriculture, Commerce) insistent sur la disponibilité de stocks suffisants. Dans ce cadre, il est utile de rappeler qu’un comité de crise chargé du suivi des conditions d’approvisionnement du marché national a été installé par le ministre du Commerce, Kamel Rezig. Chargé de prendre en charge l’approvisionnement en produits de large consommation dans une conjoncture marquée par la pandémie du Coronavirus, ce comité aura tout autant à intervenir « immédiatement en cas de dysfonctionnement ou de perturbation d’approvisionnement et prendra, à cet effet, toutes les mesures nécessaires pour garantir la stabilité du marché ». Palier aux situations d’urgences fait aussi partie des attributions du comité devant œuvrer à « l’anticipation des cas pouvant conduire à une perturbation d’approvisionnement du marché et la prise de toutes les mesures d’urgence en cette conjoncture ainsi que l’exploitation et l’analyse de toutes les données fournies par les directions concernées ». Dans ce cadre, il est utile de rappeler tout autant que l’Office national interprofessionnel des Céréales (Onic) fournira une avance sur l’approvisionnement en matière de semoule et de farine aux minoteries afin de « couvrir » la forte demande sur ces produits. « Cette avance sur approvisionnement intervient à l’effet d’absorber la forte demande sur ces deux produits et permettre au Groupe Agrodiv et à la minoterie privée de satisfaire la demande des consommateurs, avec possibilité de fournir d’autres avances en cas de besoin », a précisé M. Bouchehda, directeur de l’Onic, dans une déclaration récente à la presse. n